Technique et Pratique

Fiabilité : Les principaux problèmes du Renault Kadjar


Loin de réaliser les mêmes chiffres de vente que le dernier 3008, le Kadjar se montre pourtant un peu plus fiable que son concurrent. Mais les problèmes demeurent trop nombreux pour en faire une référence dans ce domaine.

Après des débuts calamiteux, le Kadjar a saisi l’occasion de son restylage pour se remettre à flot. Contrairement à la précédente, qui multipliait les plantages et les bugs, la dernière évolution du système de navigation ne connaît pas de problèmes. Il en est de même pour les capteurs de pression des pneumatiques, qui furent l’un des points noirs durant les premières années de commercialisation, et les cas de pédale d’embrayage bloquée semblent avoir disparu en même temps que les 1.2 TCe et 1.6 dCi qui en souffraient. Les fuites de flexibles de frein, soucis de climatisation et trains arrière bruyant paraissent aussi se raréfier.

Des moteurs enfin fiables ?

Au chapitre des Blue dCi, rien à signaler pour le moment. Les soucis de perte de puissance et d’à-coups de l’ancien 1.5 dCi, voire de piège à Nox à remplacer, ne sont plus d’actualité, tout comme les démarrages parfois impossibles du défunt 1.6 dCi. Le constat est aussi rassurant pour les 1.3 TCe, mais nous émettrons une réserve suite aux interruptions de production qu’ont connu ces quatre-cylindres. Une alerte sur leur filtre à particules, désormais installé même sur les moteurs essence, a aussi été signalée. Il semble toutefois impossible de faire pire que l’ancien 1.2 TCe, dont la segmentation défaillante a entraîné de graves fuites d’huile, avec des casses de bloc courantes à la clé.

Tous les problèmes du moteur 1.2 TCe Renaul-Nissan

Qualité de fabrication peu brillante

Pour assurer rapidement (et à bon prix), le développement de ce SUV, Renault a largement repris des composants du Nissan Qashqai. En ce qui concerne les matériaux du mobilier de bord et leurs assemblages, ce n’était pas une bonne idée. Même les modèles les plus récents sont victimes de rossignols. De même, les selleries se révèlent fragiles.

Notre avis

Après l’épisode cauchemardesque du 1.2 TCe, le Kadjar redresse fortement la barre en matière de fiabilité mécanique et fait mieux que son rival Peugeot 3008. Il était temps. En revanche, la qualité de fabrication générale se révèle toujours aussi médiocre. Sans oublier que ses gênes Nissan empêchent toujours ce Renault de profiter de certaines technologies du Losange, tels que les nouveaux GPS.

Le Renault Kadjar n’a pas droit au grand écran au format portrait du Koleos.© Renault

 

Publié le 28/06/2020 Mis à jour le 28/06/2020

Source de l’article

Laisser un commentaire