Test chaussettes à neige : beaucoup d’avantages et peu d’inconvénients
Technique et Pratique

Test chaussettes à neige : beaucoup d’avantages et peu d’inconvénients


Alors que la France traverse en ce début février un épisode de froid teinté d’une bonne couche de neige, les conditions de circulation se durcissent en même temps. Comme à chaque hiver, la question de l’équipement de la voiture se pose, d’autant plus que les vacances d’hiver ont commencé. Les plus prévoyants franchissent d’ailleurs la première étape en installant, dès que les températures baissent, des pneus hiver, qui offrent une adhérence supérieure sur sol froid mais également sur la neige. On considère que les pneus hiver deviennent pertinents lorsque les températures tombent en dessous de 7°. Ces montes spécifiques deviendront d’ailleurs obligatoires dans les régions montagneuses dès la fin de cette année. Mais, outre les dépenses supplémentaires engendrées par l’achat des gommes et les installations/désinstallations nécessaires à chaque changement de saison, il faut aussi pouvoir stocker les pneus qui ne servent pas. Pas simple.

L’autre solution, pour les automobilistes ne circulant pas à la montagne toute l’année mais s’y rendant de temps en temps, est bien d’acheter un équipement spécial pour un usage temporaire. Dès lors, deux possibilités s’offrent à vous : les chaines ou les chaussettes à neige. C’est sur les chaussettes que nous portons ici l’analyse. Sont-elles vraiment efficaces, faciles à installer ? Quels sont leurs avantages et les inconvénients ? On vous explique.

Les chaussettes à neige sont-elles homologuées ?

C’est un point que l’on a tendance à oublier, l’accès à certaines routes peut être réduit lorsque les conditions d’adhérence sont vraiment faibles. C’est surtout le cas à la montagne, où des barrages de police peuvent être installés en bas des routes afin de filtrer le flux de circulation, distinguant les voitures équipées pour monter de celles qui ne le sont pas. Pour grimper jusqu’à la station, les automobilistes doivent donc installer un équipement homologué. Les chaussettes font bien partie de ces équipements. Vous n’avez donc rien à craindre de la part des forces de l’ordre si vous vous présenter avec un tel équipement. Même si le panneau de circulation ad hoc, appelé B26 et représentant une roue avec des chaines, est présent sur le bord de la route, les chaussettes sont concernées.

Les chaussettes à neige sont-elles faciles à installer ?

C’est l’un des gros points forts des “textiles” face à des chaines : la facilité d’utilisation. L’installation des chaussettes à neige s’avère en effet très simple et ne nécessite, qui plus est, aucun équipement ni aucune préparation. Seul détail à penser avant de se lancer, comme pour toute autre intervention dans la neige sur les dessous d’une voiture : une tenue qui ne craint pas les tâches. Pour le reste, les chaussettes sont la plupart du temps vendues dans une pochette et avec une paire de gants plastifiés qui remontent jusqu’aux coudes. Prévoyez toutefois un petit couteau où un ciseau pour ouvrir la pochette.

Une fois les gants enfilés, il suffit de prendre les chaussettes par l’intérieur et d’enrober le pneu par le dessus. Pour une bonne mise en place, veillez à bien centrer la chaussette sur le pneu. Une fois la partie supérieure du pneu recouverte, il faut déplacer la voiture de quelques centimètres en avant ou en arrière afin de recouvrir l’autre moitié. Avant cela, nous vous conseillons de commencer l’opération sur l’autre roue, afin de n’avoir à déplacer la voiture qu’une seule fois. Contrairement aux chaines à neige, les chaussettes ne nécessitent aucun serrage une fois installées. Enfin, ne jetez pas l’emballage des chaussettes, il pourra vous servir au moment de les enlever !

Faut-il installer des chaussettes sur les 4 roues ?

Tout dépend de votre volonté. La seule obligation légale, qu’il s’agisse des chaines ou des chaussettes, étant de couvrir au moins 2-roues motrices du véhicule. Evidemment, placer des chaussettes sur les 4-roues permet d’optimiser encore la motricité et le comportement de la voiture, mais deux roues chaussées suffisent à se sortir des mauvaises situations et rouler sereinement sur un parcours enneigé.

Les chaussettes à neige sont-elles faciles à enlever ?

En théorie, rien de bien compliqué pour enlever ces enveloppes textiles. En pratique, il en va un peu autrement. Après plusieurs jours d’utilisation, les chaussettes moulent vraiment les pneus et sont tassées sur les gommes. Qui plus est, le froid ambiant rend les tissus encore moins malléables que lors de la mise en place. Pour enlever cet équipement, commencez par vous servir des poignées en tissus placées au bord. Répartissez l’effort autour du pneu pour commencer à déplacer la chaussette un peu partout. Nous vous conseillons ensuite d’aller chercher à l’arrière du pneu pour faire repasser l’enveloppe devant. Si toutefois vous n’y parvenez pas et que vos chaussettes sont trop usées pour être réutilisées, vous pouvez tout aussi bien les couper. Mais prévoyez le matériel nécessaire, car la toile est heureusement résistante ! N’oubliez pas de prévoir un sac poubelle étanche pour stocker les chaussettes si vous ne souhaitez pas les jeter, car elles seront pleines de boue, de sel, et de neige sale…qui va fondre dans votre coffre.

Les chaussettes à neige sont-elles vraiment efficaces ?

Pas la peine de tourner autour du pot : oui, les chaussettes sont très efficaces sur la neige. Nous l’avions d’ailleurs déjà constaté à l’occasion de tests comparatifs grandeur nature avec des chaines et de simples pneus neiges. Qu’il s’agisse de la motricité, des distances de freinage ou de l’adhérence en virage, les chaussettes tiennent la dragée haute aux chaines, composite ou métalliques. Volant en main, le patinage est quasiment inexistant et l’adhérence en virage très satisfaisante. Même avec une boîte automatique, aucun problème de motricité n’est à relever. En revanche, il faut malgré tout rester prudent, surtout si l’on installe seulement deux chaussettes. Dans le cas d’une traction, on oublierait vite que l’essieu arrière, lui, est “nu” et qu’il décroche assez vite en virage, rendant ainsi la voiture un peu piégeuse.

Les chaussettes à neige peuvent-elle rouler sur le bitume ?

Contrairement aux chaines qui tolèrent tout à fait de rouler “au sec” mais à vitesse réduite, il est fortement déconseillé de rouler sur le bitume avec des chaussettes, même lentement. Rien de dangereux, mais l’usure de votre équipement est alors décuplée. Aussi, inutile de s’arrêter pour installer les chaussettes en prévision de la route enneigée plus loin, attendez réellement les premières pertes d’adhérence pour les chausser. Les modes d’emplois préconisent la plupart du temps de ne pas dépasser 40 km/h. Là encore, si vous rouler un peu au-dessus de cette vitesse, vous ne risquez rien, mais userez d’autant plus vos textiles. Sachez par ailleurs que c’est le centre de la chaussette qui s’usera le premier, occasionnant des trous. Vous pouvez très bien rouler avec quelques trous sur la bande de roulement sans que l’adhérence ne devienne mauvaise. Mais jetez un œil fréquemment à l’état de vos chaussettes afin d’éviter un déchirement en roulant.

La résistance des chaussettes dépend essentiellement de la marque et, in fine, du prix. Acheter le premier prix ne remettra pas en cause les prestations sur la neige ni même l’équipement fourni avec, mais plutôt la durée de vie, qui peut chuter de moitié. A vous de choisir.

Notre avis et nos conseils

Pour rouler “sûr” sur la neige, les chaussettes sont un excellent choix. Accélération, freinage, adhérence en virage, elles préservent étonnamment bien les capacités de votre voiture pour un prix très raisonnable. Aucun conseil en particulier sur le modèle à choisir, tout dépendant surtout de votre budget. Sachez en tout cas que les premiers prix sont déjà suffisants côté prestations et que les éléments les plus chers sont plus durables dans le temps. En revanche, n’oubliez pas que l’usage des chaussettes est vraiment réservé à une route enneigée, sous peine de les voir se dégrader très rapidement.

Aucun équipement n’est nécessaire pour installer ces équipements souples, qui ont aussi le mérite de prendre peu de place dans le coffre contrairement à un coffret à chaines. En revanche, pour ne pas vous retrouver le bec dans l’eau, prévoyez un petit ciseau pour ouvrir l’emballage ainsi qu’une paire de gants grands et larges si jamais ceux fournis d’office finissent par lâcher.

Source de l’article

Laisser un commentaire