McLaren MP4-12C : une anglaise à Paris

C’est un peu une seconde naissance pour McLaren. Le petit constructeur britannique, désormais détaché de Mercedes pour la production de ses véhicules routiers, inaugure sa première supercar intégralement développée en interne. La MP4-12C vient d’être présentée en marge du Mondial. En toute discrétion.

Esthétiquement, les premières impressions se confirment : Frank Stephenson, l’auteur des lignes de la berlinette anglaise, a voulu faire simple. Pas la peine de chercher l’inspiration dans le patrimoine stylistique de la marque… puisqu’il n’y en a pas. Plus conventionnelle que son aïeule, la spectaculaire F1, la MP4-12C s’inscrit dans un style très traditionnel. Aucun artifice, hormis peut-être le motif en stries qui orne bouclier avant et face arrière. C’est un profil classique et épuré de belinette à moteur central qui apparaît, dissimulant, à l’ouverture des portes en élytres, de large éléments de structure en carbone. C’est bien à l’aune de son bagage technologique qu’elle devra être jugée.

Nous reviendrons plus en détail sur la nouvelle furie anglaise et son développement dans le cadre d’un dossier consacré. Le gros du travail a porté sur son châssis monocoque en carbone, et sur son V8 3,8 litres biturbo de 600 ch hurlant à 8500 tours, lui aussi fruit du travail des motoristes McLaren. Avec 1300 kg à sec sur la balance, le rapport poids-puissance descend à 2,17 kg/ch, plaçant la MP4 en tête de la catégorie sur ce point. Notons que l’aérodynamique a fait l’objet d’un traitement particulier, illustré notamment par l’aérofrein arrière ( on pense d’abord à un spoiler ) augmentant les appuis au freinage.

Depuis l’officialisation de ses données techniques l’an dernier, la comparaison avec la Ferrari 458 Italia comme rivale directe s’est aussitôt imposée. Chez McLaren, on ne s’en cache pas, d’ailleurs. Christian Marti, directeur McLaren pour l’Europe, évoque même des performances comparables ( 0 à 200 km/h en moins de 10 s, environ 320 km/h en pointe ), avec une facilité d’utilisation et une relative polyvalence en plus.

L’habitacle, d’un volume honorable pour le segment, est vivable. Idem pour la qualité globale, qui malgré certains détails un peu trop artisanaux ( fixation de certaines garnitures, contre-portes… ) est d’un bon niveau. La MP4-12C, après ce premier contact visuel et tactile, laisse le sentiment d’une supercar aboutie.

Sur la grille tarifaire également, les œillades du côté du Cavallino sont sensibles. La fourchette est encore large ( McLaren annonce entre 180 et 220 000 € en France ), mais encadre étrangement la 458 Italia ( 196 933 € ). Les premières livraisons en France de la MP4-12C sont prévues à partir de mi-2011. La distribution sera confiée à la branche haut de gamme du groupe Neubauer.

mclaren-mp4-12c-paris-2010-18
mclaren-mp4-12c-paris-2010-16
mclaren-mp4-12c-paris-2010-12
mclaren-mp4-12c-paris-2010-2
mclaren-mp4-12c-paris-2010-22
mclaren-mp4-12c-paris-2010-21
mclaren-mp4-12c-paris-2010-20
mclaren-mp4-12c-paris-2010-19
mclaren-mp4-12c-paris-2010-17
mclaren-mp4-12c-paris-2010-15
mclaren-mp4-12c-paris-2010-14
mclaren-mp4-12c-paris-2010-13
mclaren-mp4-12c-paris-2010-11
mclaren-mp4-12c-paris-2010-10
mclaren-mp4-12c-paris-2010-9
mclaren-mp4-12c-paris-2010-8
mclaren-mp4-12c-paris-2010-7
mclaren-mp4-12c-paris-2010-6
mclaren-mp4-12c-paris-2010-5
mclaren-mp4-12c-paris-2010-4
mclaren-mp4-12c-paris-2010-3
mclaren-mp4-12c-paris-2010

McLaren MP4-12C en vidéo :

sport-prestige
sport-prestige
Actualités des voitures de sport et de prestige
http://www.sport-prestige.com