Trouver une assurance pas chère pour jeune conducteur.
Actualité auto

Trouver une assurance pas chère pour jeune conducteur.


Ne tournons pas autour du pot (d’échappement bien sûr…) : les jeunes conducteurs présentent sans conteste un risque plus important sur la route : ils sont donc condamnés à payer leur assurance voiture plus cher que les autres automobilistes !

Heureusement pour eux, il existe différentes astuces pour en réduire significativement le coût. Nous vous disons tout pour trouver une assurance voiture jeune conducteur pas chère ! Ou le moins possible…

Assurance auto jeune conducteur pas chère : les bons gestes à adopter

Les statistiques sont formelles et ne changent pas depuis de longues années. Elles sont en outre corroborées par la Sécurité Routière et les compagnies d’assurance ont les yeux littéralement rivés dessus : impliqués dans 1 accident grave sur 4, les jeunes conducteurs génèrent un taux de sinistralité plus élevé que la moyenne !

C’est pour cette raison que les assureurs appliquent des conditions tarifaires nettement moins avantageuses pour ces profils jugés « à risques », notamment via l’application d’une surprime pouvant doubler les tarifs dont bénéficient les conducteurs expérimentés (voir le tableau comparatif ci-dessous).

Pour en réduire le coût, il est toutefois possible d’adopter simplement certains comportements correctifs, avant et après l’obtention du permis.

Concrètement, les comportements les plus salvateurs pour faire baisser au maximum l’assurance voiture jeune conducteur sont les suivants :

Opter pour la conduite accompagnée : c’est définitivement LA (double) bonne idée : non seulement vous économiserez de l’argent mais, en plus, vous aurez un comportement beaucoup plus sûr sur les routes, pour vous et pour les autres, foi de statistiques (on y revient toujours dans le monde de l’assurance…). Car oui, les jeunes conducteurs ayant passé une partie de leur permis via la conduite accompagnée présentent un risque moins élevé d’accidents responsables. A ce titre, ils profitent donc de conditions d’assurance auto nettement plus avantageuses que les petits camarades ayant décroché leur permis uniquement en auto-école. Non seulement l’augmentation de la surprime ne peut pas dépasser 50 % du tarif de base (contre 100 % pour un permis classique), mais les jeunes conducteurs voient également leur période de probation passer de 3 à 2 ans !

Bon à savoir#1

Tableau comparatif des surprimes jeune conducteur avec et sans conduite accompagnée

 
Permis classique
Permis Conduite accompagnée
Surprime année 1
+ 100 %
+ 50 %
Surprime année 2
+ 50 %
+ 25 %
Surprime année 3
+ 25 %
+ 12,5 %
Surprime 4ème année
0
0

Bon à savoir #2

Si l’expression « Conduite accompagnée » est passée dans le langage courant, sa véritable appellation est l’Apprentissage anticipé de la conduite, que vous pourrez également trouver sous son acronyme AAC. Dans les faits, la formation graduelle de l’apprenti (à partir de 15 ans) se partage entre la conduite à l’auto-école et le perfectionnement avec un accompagnateur (généralement un parent proche, père ou mère) avant le passage du permis proprement dit.

Avec, au final, un taux de réussite beaucoup plus élevé : +/-70 % contre +/-50 % ! La principale raison réside dans le nombre d’heures de conduite souvent beaucoup plus élevé dans le cadre de l’AAC.

Suivre une formation post-permis : depuis le 1er janvier 2019, le législateur a souhaité que les jeunes conducteurs puissent suivre une journée de formation spécifique (uniquement ouverte aux détenteurs du permis de conduire depuis au moins 6 mois). Pratiquement, la formation post-permis consiste à assister à une session d’une journée de 7 heures organisée autour de débats et d’échanges collectifs sur le thème de la conduite et de la sécurité routière. Objectif : inculquer le plus tôt possible les bonnes habitudes de conduite ainsi que les bonnes pratiques sur la route. Avec, à la clé, la réduction de la période de probation à 2 ans pour les permis classiques et à 1,5 an pour les permis en conduite accompagnée. Cerise sur le gâteau, les garanties offertes par cette formation post-permis feront concrètement baisser le tarif de l’assurance dès la troisième année au lieu de la quatrième pour les conducteurs qui n’auront pas suivi la formation. Inutile de préciser que les coûts de formation (compter +/-100 euros pour la journée) sont largement et très vite rentabilisés !
Adopter une conduite responsable : cela va sans dire, mais encore mieux en le disant (et en le répétant) : être vigilant au volant et respecter le code de la route en toutes circonstances sont les deux meilleures solutions pour voir, à terme, le prix de son assurance voiture diminuer. C’est en effet en évitant tout accident responsable que le montant de la surprime diminuera progressivement et empêchera tout malus éventuel. A contrario, tout accident responsable viendrait mettre à mal ce beau scénario de lente décrue de la surprime jeune conducteur…
Régler les petits sinistres à l’amiable : on n’y pense pas suffisamment, mais dans le cas d’un accident minime (léger accrochage par exemple), il est souvent plus intéressant de trouver un arrangement à l’amiable avec le propriétaire du véhicule impliqué que de « faire jouer l’assurance » automatiquement. Bien sûr, sur le moment, vous n’aurez rien à payer puisque c’est l’assurance qui prendra en charge les frais, mais n’oubliez pas que vous n’échapperez en aucune cas au malus l’année suivante, qui alourdira votre prime dans des proportions souvent importantes. Si vous êtes responsable d’un sinistre sans grande gravité, vous avez donc tout intérêt à réfléchir à deux fois (et à faire vos calculs en estimant rapidement le coût du dédommagement) avant d’établir un constat à l’amiable que vous pourriez regretter amèrement une fois qu’il sera trop tard…
Assurance auto : attention au véhicule assuré par le jeune conducteur !

Au-delà de ces petits trucs, astuces et conseils pratiques à adopter, d’autres pistes sont également à explorer pour réduire le coût de son assurance voiture comme la simulation d’assurance auto jeune conducteur ou choisir des formules au tiers.

Cependant, la première de ces pistes est bête comme chou mais elle marche pourtant à tous les coups : pour bénéficier d’une assurance auto jeune conducteur pas chère, il suffit tout simplement de se mettre à la place de l’assureur en lui demandant d’assurer un véhicule présentant le plus petit risque pour lui !

Pour cela, pas d’hésitation à avoir : jetez votre dévolu sur un véhicule regroupant les 3 propriétés suivantes :

La voiture à assurer doit être de faible valeur : plus la cote du véhicule sera faible, moins le montant de l’assurance voiture sera élevé. Pour cela, choisissez sans hésiter une voiture d’occasion. Et si possible une voiture d’occasion avec un kilométrage important !
La voiture à assurer doit être de faible puissance : les statistiques, toujours elles, le démontrent sans contestation possible : tous conducteurs confondus, ce sont les véhicules les plus puissants qui présentent le risque d’accident le plus élevé. Et si vous associez puissance et inexpérience des jeunes conducteurs, vous avez là le cocktail explosif redouté plus que tout par les assurances. Ces dernières en ont d’ailleurs tiré des conclusions définitives : la plupart refusent purement et simplement aux jeunes conducteurs d’assurer des voitures de plus de 6 CV fiscaux. Bref, vous l’aurez compris, moins la puissance du véhicule à assurer sera élevée, mieux votre prime d’assurance s’en portera !
La voiture à assurer doit être une voiture essence : Le saviez-vous ? le prix d’une assurance auto pour un véhicule diesel est en moyenne 10 à 15 % plus cher que pour une motorisation essence. Si cela peut surprendre a priori, l’explication est très simple : les modèles diesel présentent un coût de réparation sensiblement plus élevé que les voitures essence, plus faciles à entretenir et aux interventions plus aisées. Alors, même si le diesel coûte un peu moins cher à la pompe (pour l’instant du moins), votre assureur vous incite à privilégier une voiture essence si vous voulez profiter de tarifs plus abordables. A vous de voir… et de faire effectivement vos calculs entre le surcoût de l’assurance et les économies réalisées en termes de carburant suivant vos prévisions de kilométrage.
Jeune conducteur : trouver la bonne formule d’assurance voiture pas chère

Dernière piste de solution pour diminuer autant que faire se peut le montant de ses cotisations : souscrire à la meilleure assurance auto jeune conducteur adaptée au plus près de ses besoins et de son budget.

Dans la majeure partie des cas, la formule idéale ressemblera aux quatre recommandations suivantes :

La formule d’assurance à choisir est l’assurance « au tiers »

Connue également sous le nom d’assurance Responsabilité Civile, l’assurance au tiers est l’assurance minimale légale proposée par les compagnies.

Et si elle n’offre qu’une protection effectivement réduite (c’est-à-dire qu’elle couvre, en cas d’accident responsable de votre part, uniquement les dégâts matériels causés aux tiers, à l’exclusion de tous les frais vous concernant), cette formule est effectivement la meilleure du marché des assurances.

Ce qui la rend tout particulièrement adaptée aux jeunes conducteurs. Vous hésitez ? Comparez les offres jeunes conducteurs pour choisir celle qui vous convient.

La formule d’assurance à choisir peut, dans certains cas précis, être l’assurance intermédiaire

A mi-chemin entre l’assurance « au tiers » (la plus économique, on vient de le voir) et l’assurances « tous risques » (la plus connue, la plus recherchée et la plus chère des couvertures auto), la formule d’assurance intermédiaire (connue également sous le nom d’assurance « au tiers étendu ») permet profiter de la modicité de l’assurance au tiers tout en sélectionnant des garanties utiles au jeune conducteur en fonction du véhicule à assurer : assurance contre le vol dans le cas d’une occasion à faible kilométrage par exemple…

Et donc de maîtriser le budget de son assurance en choisissant telles ou telles options ou garanties complémentaires sur mesure.

*A noter que l’assurance au kilomètre (pay as you drive comme disent les américains) peut également constituer une solution intéressante pour les petits rouleurs, forcés ou non… Avec cette formule, vous savez précisément combien vous coûtera chaque kilomètre parcouru et vous pourrez ainsi piloter votre budget en même temps que votre véhicule !

La compagnie d’assurance retenue sera celle de ses parents

A leur corps défendant, les assureurs ont transformé les parents en agents commerciaux au service de leur enseigne ! Car en souscrivant son assurance voiture dans la même compagnie que ses parents, le jeune conducteur peut espérer bénéficier jusqu’à 30 % de remise en moyenne sur la prime initiale. Et vus les surcoûts liés à l’assurance jeune conducteur, 30% peut vite représenter une économie non négligeable de plusieurs centaines d’euros.

Le jeune conducteur peut également opter pour la solution de se déclarer en tant que conducteur secondaire sur le contrat de ses parents : il pourra alors conduire l’automobile familiale en toute légalité mais attention, il restera jeune conducteur aux yeux des compagnies quand il souhaitera assurer son propre véhicule…

La compagnie d’assurances retenue sera la moins chère

Encore un conseil de bon sens, mais qui est loin d’être suivi par toutes et tous… Tout simplement parce qu’il a été longtemps lent et fastidieux de mettre les assureurs en concurrence en toute transparence, à garanties parfaitement équivalentes.

Mais ça, c’était avant… Il existe désormais des comparateurs en ligne extrêmement performants (parmi les plus simples à utiliser, citons par exemple LeLynx.fr) permettant de scanner l’intégralité des offres proposées par la majorité des plus grandes compagnies d’assurance.

En remplissant un seul et unique formulaire, vous avez ainsi accès en quelques minutes à la totalité des tarifs disponibles à un instant T, pour la même recherche. Et vous risquez d’être (très agréablement) surpris ! Il n’est pas rare de trouver des contrats dont le prix va du simple au double pour les mêmes garanties.

D’où l’importance cruciale de réaliser des recherches avant de souscrire son assurance auto et d’établir des simulations et des devis en explorant toutes les options souhaitées.

Vous pouvez abuser sans crainte de ces comparateurs en ligne : leur utilisation est parfaitement gratuite et sans engagement ! Et vous n’êtes pas à l’abri de tomber sur une offre promotionnelle de la part d’un assureur souhaitant étoffer son portefeuille de jeunes conducteurs…

Vous l’aurez compris, les jeunes conducteurs disposent de trois leviers pour payer leur assurance auto moins cher :

Adopter les bons comportements
Choisir un véhicule adapté
Souscrire une formule spécifique

Bon à savoir#1

Jeune conducteur, définition

La notion de jeune conducteur n’a pas d’assise légale à proprement parler. Inutile de chercher, vous n’en trouverez nulle trace ni dans le Code de la Route ni dans le Code des Assurances. Comme son nom le laisse pourtant à penser, la notion de jeune conducteur n’est absolument pas liée à l’âge du conducteur en question, même si, dans les faits, la grande majorité des jeunes conducteurs sont des conducteurs jeunes qui viennent de réussir leur permis à 18 ans révolus.

Ainsi donc, vous pouvez être jeune conducteur, disons à 55 ans, dans les cas suivants :

Vous venez de passer votre permis ou si vous le possédez depuis moins de trois ans
Vous n’avez jamais été assuré en tant que conducteur principal
Vous avez toujours conduit uniquement des voitures de fonction où votre nom n’apparaissait pas sur le contrat d’assurance
Votre permis vous a été retiré suite à une décision de justice (annulation pure et simple consécutive à une conduite en état d’ivresse ou à un excès de vitesse hors norme par exemple…)

Bon à savoir #2

Petit rappel des 3 formules d’assurance proposées par les compagnies

L’assurance au tiers (ou assurance responsabilité civile) : Assurance minimale légale obligatoire pour tous les véhicules terrestres à moteur (terme officiel du jargon assurantiel pour désigner votre automobile préférée), elle indemnise uniquement les tiers suite à un accident responsable. Ce qui signifie que tous les autres frais concernant votre propre véhicule vous incomberont à 100%.
L’assurance intermédiaire (également appelé assurance au tiers étendu) : le socle de cette formule est celui de l’assurance au tiers, qu’il est possible de compléter avec des garanties supplémentaires au choix en fonction de vos besoins, de vos envies… et de votre budget. Vous pouvez par exemple demander une couverture contre le vol ou le bris de glace, non pris en charge par l’assurance au tiers classique.
L’assurance tous risques : c’est la star incontestable des assurances puisque c’est celle qui offre la protection la plus complète, y compris en cas d’accident responsable. Concrètement, elle prend en charge non seulement les dégâts causés au tiers mais également ceux subis par votre propre véhicule. Mais cette couverture 4 étoiles se paie au prix fort : l’assurance tous risques est évidemment la formule la plus recherchée… et la plus onéreuse. Surtout pour les jeunes conducteurs frappés par la surprime de 100% ! Tout le contraire de l’assurance voiture jeune conducteur pas chère…

Source de l’article

Laisser un commentaire

Available for Amazon Prime