La prochaine Citroën C5 résumée en trois points
Scoops et Concept Cars

La prochaine Citroën C5 résumée en trois points


Depuis le concept CXperience de 2016, il est acquis qu’une routière fera son retour dans la gamme Citroën. Une future C5 dont la présentation se rapproche à grands pas et sur laquelle nous avons déjà quelques indiscrétions à vous faire savoir.

Un design inédit

Depuis les premières photos volées diffusées en 2020, il ne fait plus aucun doute que la future Citroën C5 suivra les traces de sa petite sœur C4…mais pas que ! En effet, mieux vaut ne pas attendre de la future familiale des Chevrons d’être une simple version rallongée de la compacte. Certes, il y aura bien des similitudes, comme une garde au sol surélevée et un arrière lui aussi haut perché, conférant à cette néo-berline des airs de break. Mais les images en provenance du forum Worldscoop confirment toutefois que la future C5 offrira un style bien à elle. Notamment à l’arrière avec des épaulements et des lignes de carrosserie plus marquées que la C4 ou que le concept CXperience de 2016. Il se peut également que la C5 profite de feux au dessin plus sage, sur un segment plutôt conservateur. Avec une taille qui frôlera les 4,85 m de long et une belle largeur, la grande berline des Chevrons devrait en imposer sur la route.

Des dessous bien à elle

Sous des habits inédits, les choix techniques de Citroën seront aussi innovants et lui permettront de se distinguer du reste de la gamme. Pour maintenir des tarifs intéressants, Citroën a construit la C4 sur la plate-forme CMP, plutôt réservée aux citadines dans le groupe PSA. Pas question, pour la C5, d’en faire autant. Pour elle, les Chevrons ont tout de suite opté pour la base EMP2, celle des modèles plus haut de gamme chez PSA et notamment du grand C5 Aircross. Il s’agit toutefois de l’ultime occurrence baptisée “V4” autorisant l’hybride rechargeable et non le tout électrique. A l’évidence, la familiale Citroën se contentera d’une version 2-roues motrices et 225 ch semblable à celle du SUV C5 Aircross (225 ch), voire de nouvelles variantes un peu moins puissantes. En revanche, aucune chance de voir débarquer des versions 4-roues motrices, trop chères pour correspondre au positionnement de Citroën. Il faut également s’attendre à des versions thermiques essence PureTech. Pas sûr, en revanche, que le diesel soit de la partie.

Dans l’habitacle, l’adoption de la base EMP2 V4 implique également une nouvelle architecture électronique et un aménagement ad hoc. Comprendre que l’intérieur de la C5 n’aura strictement rien à voir avec celui des autres Citroën actuelles. Ecrans compteur et multimédia seront évidemment de la partie. L’élément derrière le volant pourrait être assez petit, comme sur la C4, tandis que la dalle infotainment devrait au contraire être plus large.

Une fabrication en Chine

Comme la DS 9, la future C5 sera fabriquée en Chine, où ses débouchés sont nettement plus importants qu’en France. C’est aussi pour cette raison que l’on peut douter de la présence de diesel, la Chine étant peu friande de ce carburant. Contrairement à certaines rumeurs évoquant une possible fabrication française, il n’en n’est rien, c’est bien dans l’usine de Wuhan que la familiale des Chevrons sera assemblée pour l’ensemble du monde. Elle sera donc importée, depuis l’Asie, dans les concessions françaises. Attendue au mois d’avril, elle ne devrait cependant débuter réellement sa carrière qu’à l’été.

Publié le 21/02/2021 Mis à jour le 21/02/2021

Source de l’article

Laisser un commentaire