Amazon peut-il vraiment produire une voiture électrique autonome ?
emploi et économie

Amazon peut-il vraiment produire une voiture électrique autonome ?


Amazon a récemment fait l’acquisition de Zoox, une start-up spécialisée dans le développement de véhicules autonomes et zéro émission. Tous deux présentent aujourd’hui le fruit de leur union : une navette sans chauffeur et 100 % électrique aux caractéristiques intéressantes. Une proposition qui détonne étant donné le contexte, voici pourquoi.

Zoox est une start-up californienne créée en 2014 qui s’est fixé pour objectif de réinventer la mobilité de demain en développant des véhicules autonomes et propres. Tout un programme ! C’est aussi depuis cette année une filiale indépendante du géant américain qu’il est inutile de présenter, Amazon.com, Inc. Les deux entreprises lèvent aujourd’hui le voile sur un concept de taxi sans conducteur très avancé. Une proposition surprenante dans la mesure où les principaux acteurs de la voiture autonome n’y croient plus vraiment et y renoncent peu à peu.

Un taxi très sophistiqué

Ce taxi autonome est un véhicule de 3,63 m de long (soit à peu de choses près la taille d’une Renault Twingo) proposant une conduite bidirectionnelle (comprenez par là qu’il peut se mouvoir indifféremment d’avant en arrière) et doté de quatre roues directrices. Il peut accueillir quatre passagers qui seront assis, deux par deux, les uns en face des autres. Pas de colonne de direction, pas de volant, il se déplace seul, sans intervention humaine, à l’aide d’un ensemble de caméras, de capteurs et de la technologie LiDAR au laser (permettant d’avoir un champ de vision à 270°) jusqu’à une vitesse de 75 miles per hour (environ 120 km/h). Pas mal pour une auto à vocation urbaine. Il faut dire qu’elle est équipée d’une batterie à la taille respectable de 133 kWh, l’une des plus grandes de la production automobile actuelle. Pour donner un ordre de comparaison, celle de la Renault Zoé a une capacité de 52 kWh. D’après Zoox, ceci permettrait à sa navette autonome de fonctionner sans interruption pendant environ 16h sur une seule charge. En outre, une centaine d’innovations technologiques ont été développées pour favoriser la sécurité des occupants, dont un airbag spécialement adapté aux véhicules bidirectionnels.

Apple, Google, Uber : les chantres de la voiture autonome n’y croient plus

Si la proposition de Zoox, et donc d’Amazon, semble très crédible, il peut être surprenant de découvrir un tel véhicule à un moment où les principaux acteurs de la conduite autonome ont peu à peu abandonné leurs projets respectifs. En octobre 2019, Steve Wozniak, cofondateur d’Apple, avait admis : « Nous avons trompé le public en faisant croire que la voiture [agirait] comme un cerveau humain (…). Je ne sais même pas si je [la] verrai de mon vivant ». Au même moment, l’entreprise Google avait, quant à elle, fermé son site pilote d’Austin (Texas) où elle y développait sa propre voiture autonome, la Waymo. Plus récemment, c’est Uber qui a annoncé ne pas poursuivre le développement de la conduite autonome, en tout cas la fabrication de voitures autonomes. Une décision peu étonnante dans la mesure où, en mars 2018, à Tempe (Arizona), une femme avait été mortellement blessée par un VTC autonome appartenant à l’entreprise américaine. C’était le tout premier accident recensé entre un véhicule sans conducteur et un piéton. Principale difficulté des voitures autonomes, on l’aura compris, la sécurité des occupants et des usagers de la route. Autre sujet de discorde, à qui revient la responsabilité en cas d’accident : au constructeur dont le véhicule est défaillant ou au conducteur ? Zoox entend, quoi qu’il en soit, porter cette notion de sécurité haut et fort : « La sécurité constitue le fondement de tout ce que nous faisons », nous annonce-t-elle. Reste à voir si ce véhicule sera bien commercialisé dans le futur. Affaire à suivre…

Publié le 16/12/2020 Mis à jour le 16/12/2020

Source de l’article

Laisser un commentaire