Essai Fiat Tipo Cross : que vaut l'italienne aux accents de crossover ?
Essais

Essai Fiat Tipo Cross : que vaut l’italienne aux accents de crossover ?


Lancée en 2016, la Tipo fait partie de ces voiture à prix raisonnables, elle qui s’affiche dès 15 990 € en 4-portes, 17 490 € en 5-portes et 20 990 € en break. Pour refaire parler d’elle, la familiale italienne est passé par la case restylage et, surtout, dégaine une version Cross aux accents de SUV. Outre une garde au sol rehaussée de 3,7 cm, la Fiat affiche le costume à la mode de baroudeur des villes avec ses sabots de protection, extensions d’ailes et autres protections de bas de caisse, dans cette version 5-portes, la seule de la gamme “Crossisée”.

Pléthore d’équipements à bord

L’habitacle lui aussi a droit à son coup de jeune. Notre version haut de gamme « Plus » profite d’une sellerie badgée Cross, d’une dalle centrale de 10 pouces (7 pouces dans les deux autres finitions) et d’un écran-compteur (de série dès le niveau Pack). Ce dernier n’apporte pas grand-chose – le compte-tours et la jauge de carburant ne sont guères précis – mais il participe à l’opulence ambiante, l’équipement étant des plus complets ici : phares à diodes, feux de route et régulateur de vitesse adaptatifs, caméra de recul, chargeur du smartphone à induction, Apple Carplay et Android Auto, freinage d’urgence autonome, etc. Une liste longue comme le bras pour cette Tipo Cross Plus vendue 22 990 € avec le 1.0 GSE essence de 100 ch, bien mieux équipée qu’une Citroën C4 PureTech 100 Feel (23 400 €).

Une familiale accueillante

En prime, l’italienne n’a rien perdu de son sens de l’accueil, offrant un habitacle spacieux devant comme derrière. Sans oublier un coffre des plus généreux, la belle hauteur sous tablette (60 cm) permettant d’emmener 400 dm³ de bagages à l’abri des regards. On aurait aimé un plancher soit relevable, mais, à défaut, sous ce dernier, on profite de bacs de rangements bien pratiques. L’ergonomie mérite aussi un satisfecit, aussi bien pour la position de conduite, les commandes de clim’ que pour la molette de réglage du volume de la radio, ultra simple à manipuler sans quitter la route des yeux. Seuls les trop nombreux boutons sur les branches du volant (seize au total) laissent dubitatifs.

Finition pas irréprochable

Evidemment à ce tarif, il ne faut pas être trop regardant sur l’assemblage et la qualité des plastiques, qui alternent le convenable et le médiocre, notamment sur le haut des contre-portes. Quant à la fiabilité, elle n’est pas irréprochable (voir l’AM 897), mais cette nouvelle mouture profite d’un nouveau 1.0 essence qu’on espère plus costaud que l’ancien 1.4 16v. Partagé avec Jeep, ce trois-cylindres de 999 cm³ développe 100 ch – les amateurs de diesels ont le choix entre des versions 95 et 130 ch. Une puissance modeste, mais qui suffit à animer dignement cette Fiat pas trop lourde grâce aux 190 Nm de couple.

Un 1.0 volontaire mais “secouant”

Pour dépasser sereinement, surtout avec la famille à bord, il ne faudra pas hésiter à se relancer en 4e, mais ce n’est pas le plus gênant à l’usage. Creux sous 1 500 tr/mn, le 1.0 irrite surtout par ses à-coups de fonctionnement. La fluidité de conduite en souffre, alors que la Fiat étale des qualités routières honnêtes ici équipées de roues de 17 pouces et l’insonorisation décente permet d’envisager de longs trajets. L’équilibre, malgré la garde au sol surélevée, est plutôt au rendez-vous, même si cette compacte “premier prix” n’affiche ni l’efficacité ni le confort des références de la catégorie. Des prestations quelconques qui incitent à vous recommander la Tipo Cross 1.0 GSE en finition de base, qui offre déjà tout ce qu’il faut au tarif plus doux de 18 990 €.

Source de l’article

Laisser un commentaire