Essais Audi S6, BMW M340d, Golf GTD : quand le diesel fait encore envie !
Essais

Essais Audi S6, BMW M340d, Golf GTD : quand le diesel fait encore envie !


Le diesel est passé d’incontournable à quasi indésirable. Si ses plus belles années sont désormais derrière lui, le moteur à combustion spontanée garde de nombreux atouts. Et il est aussi propre que l’essence. Le passage à la norme Euro 6D Full a imposé sur ces motorisations la présence de filtre à particules, de piège à NOx et/ou d’injection d’AdBlue pour convertir ce gaz irritant dans des catalyseurs de NOx, parfois doublés pour être plus efficaces. Et paradoxalement, c’est quand les diesels sont devenus aussi propres que les essence que le législateur veut les tuer ! Certains constructeurs continuent à croire en ses nombreux atouts. Exemple ici avec trois modèles qui concilient l’inconciliable, à savoir performances de feu, sobriété exemplaire et agrément de conduite de haut vol.

1. Essai de l’Audi S6 TDI »[L]e V6 TDI n’est pas désagréable à l’oreille et peut même imiter un V8 – artificiellement, via des haut-parleurs, mais c’est bien fait »© Audi

Pour la plupart des automobilistes, le départ pour les grandes vacances à l’autre bout de la France est un défi. Pour ceux que l’on appelle

les gros rouleurs, plusieurs centaines de kilomètres d’une traite, c’est banal. Mais, dans cette catégorie à part de conducteurs, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Les plus chanceux peuvent opter pour des machines extraordinaires de l’acabit de l’Audi S6. Aux qualités de grande routière reconnues de la berline A6, la S ajoute un savoureux mélange d’épices. La première, c’est son V6 diesel hautes performances

de 344 ch à la double suralimentation originale. Pour prêter main forte au gros turbo à géométrie variable, la S6 dispose d’un compresseur électrique chargé d’apporter du tonus au décollage (jusqu’à 1 650 tr/mn) et bénéficie d’une micro-hybridation (en 48V). De quoi transformer cette berline de près de 5 m de long et de 2 100 kg en sprinteuse longue distance. Pour ne rien gâcher, sachez aussi que le V6 TDI n’est pas désagréable à l’oreille et peut même imiter un V8 – artificiellement, via des haut-parleurs, mais c’est bien fait. L’autre côté piquant de cette S6, c’est son châssis. Certes lourde, imposante, cette berline – qui se décline aussi en break – n’est pas une voiture de sport.

Mais au volant, elle est loin d’être endormie grâce à quatre roues motrices et directrices qui garantissent efficacité et maniabilité, et un confort de haut vol magnifié par la suspension pneumatique optionnelle. Un compromis bluffant, qui donne envie d’aller chercher chaque matin les croissants à 200 km de son domicile. Parfaite, cette S6 ? Non car, à ce tarif, on est en droit d’être très exigeant. Au chapitre des reproches, on peut regretter le petit creux du diesel à bas régimes et la lenteur (en mode Normal) de sa boîte automatique. Mais pas de quoi bouder son plaisir…

Les performances mesurées de l’Audi S60 à 100 km/h : 5,8 s80 à 120 km/h : 3,6 s1 000 m D.A : 25,7 sLes consommations mesurées de l’Audi S6Consommation ville : 9,8 l/100 kmConsommations route : 8,6 l/100 kmConsommation autoroute : 7,8 l/100 kmConsommation moyenne : 8,9 l/100 km2. Essai de la BMW M340d Touring »On a cherché, il nous a été impossible de trouver meilleur rapport entre performances et consommation ».© BMW

Le problème avec les grands huit, c’est qu’il faut faire la queue longtemps pour s’offrir le grand frisson. Que diriez-vous de faire un tour en grand six ? Hormis un ticket d’entrée très élevé, il n’a que des avantages puisqu’il permet de faire le plein de sensations fortes à la demande. Cette montagne russe d’un genre très particulier, c’est le formidable moteur de la BMW M340d. Doté de deux turbos et d’une hybridation légère, son 3.0 possède un coffre inépuisable de 700 Nm de couple disponibles dès 1 750 tr/mn. Résultat : des performances stratosphériques qui ridiculisent bien des sportives. Afin de ne pas galvauder le label M auquel ce diesel a droit, la boîte automatique à huit rapports qui lui est associée joue elle aussi sa partition avec maestria. En plus d’une sonorité qui n’a rien de désagréable, le break allemand fait aussi dans la juste mesure côté ravitaillement avec seulement 7,4 l/100 km de gazole en moyenne.

On a cherché, il nous a été impossible de trouver meilleur rapport entre performances et consommation. De quoi faire de cette Série 3 Touring – la berline est aussi disponible – l’une des meilleures machines à voyager du moment ? Presque ! Si l’on peut louer son dynamisme et l’efficace travail de sa transmission intégrale xDrive livrée de série (mieux vaut, vu le niveau de couple), cette super-Série 3 souffre du même défaut que ses sœurs : un amortissement perfectible notamment à l’arrière, défaut qu’amplifie plus qu’il ne corrige l’option amortissement piloté. Du coup, certains en descendront un peu secoués, comme après un tour de grand huit…

Les performances mesurées de la BMW M340d0 à 100 km/h : 5,2 s80 à 120 km/h : 3,2 s1 000 m D.A : 24,8 sLes consommations mesurées de la BMW M340dConsommation ville : 8,1 l/100 kmConsommations route : 7,1 l/100 kmConsommation autoroute : 6,7 l/100 kmConsommation moyenne : 7,4 l/100 km3. Essai de la Volkswagen Golf GTD »Avec son châssis abaissé (- 1,5 cm), cette Golf propose aussi un cocktail confort/tenue de route convaincant, un constat d’autant plus valable que notre modèle d’essai profitait de l’amortissement piloté optionnel DCC (910 €). »© Volkswagen

Lorsque l’on pense à une Golf en tenue de sport, c’est spontanément la GTI qui vient à l’esprit. Mais c’est oublier que la compacte allemande accommode depuis très longtemps la recette au diesel. La première GTD, avec son « monstrueux » 1.6 turbo de 70 ch, date de 1982 ! Quarante ans plus tard, sa descendante tire 200 ch de son 2.0 TDI, qui ne fait pas non plus dans la demi-mesure côté couple, avec 400 Nm dès 1 750 tr/mn.

Sans surprise, le punch est au rendez-vous, notamment en reprises, transformant les dépassements en formalité. D’office associée à une boîte à double embrayage à sept rapports, rapide pour peu qu’on bascule en mode Sport, cette Golf GTD est une belle athlète. Mais elle n’est pas uniquement douée pour le sprint. Pour la course de fond, l’allemande peut aussi compter sur son faible appétit (6,2 l/100 km en moyenne). De quoi dire bonjour au pompiste tous les… 800 km et séduire tous ceux qui cherchent le juste compromis entre performances et raison. D’autant que, hormis une sonorité moins sympa – que l’on peut couvrir avec un bruit artificiel en mode Sport –, cette GTD n’a pas grand-chose à envier à son pendant essence GTI.

Côté apparence, tout d’abord, puisque l’on retrouve la panoplie du genre : kit carrosserie, sellerie spécifique… Avec son châssis abaissé (- 1,5 cm), cette Golf propose aussi un cocktail confort/tenue de route convaincant, un constat d’autant plus valable que notre modèle d’essai profitait de l’amortissement piloté optionnel DCC (910 €). Il y a certes plus dynamique à conduire, mais cela a toujours été la marque de fabrique des Golf GT (avec un I ou un D) pour séduire un large public. C’est, hélas, de moins en moins le cas en ce qui concerne les tarifs (42 610 € hors malus CO2) même si, ce n’est pas si fréquent, le diesel est ici moins cher que l’essence (43 210 € en GTI).

Les performances mesurées de la VW Golf GTD0 à 100 km/h : 7,6 s80 à 120 km/h : 4,6 s1 000 m D.A : 28,2 sLes consommations mesurées de la VW Golf GTDConsommation ville : 6,4 l/100 kmConsommations route : 6 l/100 kmConsommation autoroute : 6,1 l/100 kmConsommation moyenne : 6,2 l/100 km

Source de l’article

Laisser un commentaire

Available for Amazon Prime