Notre essai mesuré de la Dacia Sandero Stepway GPL
Essais

Notre essai mesuré de la Dacia Sandero Stepway GPL


Comme beaucoup d’autres citadines, la nouvelle Sandero se passe carrément de moteur diesel. De quoi se mettre à dos les automobilistes souhaitant rouler moins cher ? Peut-être, si le constructeur roumain n’avait pas proposé une alternative, en l’occurrence cette motorisation GPL. Premier atout, le Gaz de Pétrole Liquéfié s’affiche un tarif très bas à la pompe (0,86 €/l). Histoire d’inciter ses clients à s’y convertir, Dacia a aussi mis le paquet côté tarif puisque sa Sandero GPL TCe 100 ch est vendue au même prix que la version TCe 90 ch qui elle ne carbure qu’au sans plomb. Enfin, il ne faut pas oublier la gratuité de la carte grise (ou à moitié prix) dans la majorité des départements français et le fait qu’en plus d’une vignette Crit’Air 1, les GPL permettent d’échapper aux restrictions de circulation en cas de pic de pollution (comme les modèles hybrides), et parfois bénéficier de la gratuité du stationnement.

Pourquoi Dacia fait-il ce cadeau alors que la conversion technique au GPL a, entre réservoir, canalisations et injecteurs supplémentaires, sans oublier les soupapes renforcées, un coût non négligeable (minimum 700 €) ? Parce que ce carburant abaisse d’environ 10% les émissions de CO2 et devrait aider Dacia à répondre aux objectifs d’émissions de ce gaz à effet de serre imposés par l’Europe, et donc d’éviter de copieuses amendes.

Surconsommation mais cout au km inférieur

Mais revenons-en à l’essentiel, à savoir le côté économe de cette Sandero. Malgré une surconsommation non négligeable lorsque l’on roule au gaz (+25% en moyenne, et jusqu’à +29% sur autoroute), le coût au 100 km est inférieur à 8 €, donc équivalent à celui d’un modèle diesel, contre plus de 10,50 €/100 km en roulant au Sans plomb 95. Vous ferez donc des économies, avec pour seules contraintes une absence de roue de secours (le réservoir de gaz prends sa place), un réseau de pompes GPL limitée (1 700 stations) et souvent l’impossibilité de faire le plein la nuit en dehors des autoroutes, les pompes GPL n’ayant que très rarement de distributeur 24/24.

Grâce à un réservoir de gaz majoré, la Sandero Stepway peu parcourir 450 km au GPL.© Dacia

Mais rassurez-vous, vous ne tomberez jamais en panne sèche car vous pourrez toujours rouler au sans-plomb en sachant aussi que grâce à un réservoir de gaz plus généreux que dans la Sandero GPL précédente (10 litres de plus soit 50 l dont 40 utilisables), le nouveau modèle peut parcourir 450 km avant de ravitailler. Enfin, dernier atout, lorsqu’elle carbure au gaz plutôt qu’à l’essence, cette Sandero s’avère plus tonique. Pas de beaucoup certes, mais les 10 ch et 10 Nm supplémentaires permettent de gagner quelques secondes lors des dépassements, ce qui n’est pas un luxe car les deux derniers rapports de la boîte tirent long.

Toutes les qualités de la Sandero essence

Pour le reste, on retrouve les qualités de la roumaine. Entre son intérieur accueillant et au goût du jour, avec des matériaux certes durs mais bien agencés, et des qualités routières de bon niveau excepté une direction un peu trop assistée aux allures routières, on tient là un rapport prix/prestations unique sur le marché. Le tout avec des performances suffisantes (merci le poids maîtrisé de seulement 1 190 kg) et un bel agrément moteur dès 1 500 tr/mn. Le seul reproche que l’on puisse vraiment faire à cette Sandero Stepway concerne les bruits d’air, vraiment trop présents dès 110 km/h. Grâce à sa meilleure aérodynamique, la Sandero dans sa carrosserie classique – plus basse de 4 cm, dépourvue des barres de toit et des élargisseurs d’ailes – chatouille moins les tympans même si ce n’est pas parfait. Cette dernière devrait également se montrer encore plus sobre, ce que nous ne manqueront pas de vérifier très prochainement.

Source de l’article

Laisser un commentaire