Que vaut le nouvel Opel Mokka 1.2 Turbo auto. essence ?
Essais

Que vaut le nouvel Opel Mokka 1.2 Turbo auto. essence ?


L’audace n’est pas toujours récompensée. Opel en sait quelque chose, lui dont les Speedster, Omega, Meriva ou plus récente Adam n’ont pas fait l’unanimité, au contraire. En sera-t-il de même pour ce Mokka ? Impossible de le savoir mais néanmoins une certitude : ce petit SUV de 4,15 m de long accomplit haut la main la première mission qui lui a été confiée, à savoir inaugurer en fanfare le nouveau style maison que l’on verra sur toutes les prochaines Opel. A observer l’air étonné des badauds ou les réactions au sein de la rédaction à l’occasion de cet essai, la large calandre façon masque de Zorro long ne passe pas incognito d’autant que l’on peut, à condition de ne pas être timide, y ajouter une teinte bicolore (toit et capot) voire des touches de rouge sur les jantes et le pavillon comme sur notre modèle d’essai en finition GS Line.

Assurément spectaculaire…Pour taper dans l’œil, le nouveau Opel Mokka (2021) mise sur ses grands deux écrans placés l’un à côté de l’autre© Alex Krassovsky

Ce goût pour le spectaculaire, le SUV allemand, n’en manque pas non plus à bord avec un poste de conduite dont l’agencement n’est pas sans évoquer l’univers des Mercedes récentes. Pour taper dans l’œil, le Mokka mise en effet sur ses grands deux écrans placés l’un à côté de l’autre (compteur 12 pouces et 10 pouces tactile au centre étant). Gare toutefois à l’excès d’enthousiasme car ce dispositif qu’Opel baptise « Pure Panel » n’est en série que sur la finition haut de gamme ou facturé en option entre 500 et 1 400 € (!) selon la finition choisie. Gageons que la plupart des clients se contenteront de la proposition double écran standard et en série de dimension déjà suffisante (deux fois 7 pouces).

Surtout, ils loueront aussi le côté à l’ancienne du Mokka avec de vrais boutons (raccourcis sous l’écran, bloc clim…) permettant de facilement s’y retrouver. Enfin, si la présentation ne transpire pas l’opulence avec des matériaux à la qualité inégale, l’ensemble ne souffre d’aucune grosse fausse note. Sympa, coloré, moderne, le Mokka a donc de bons arguments pour provoquer le coup de cœur. Mais hélas, il n’est pas sans défaut.

…mais pas le plus pratique…La banquette arrière du nouvel Opel Mokka 2021 un peu étriquée© Alex Krassovsky

Le premier et non des moindres est de ne pas briller par son sens pratique. Cela vaut aussi bien pour sa banquette arrière étriquée à laquelle on accède (ou de laquelle on s’extirpe) au prix de contorsions, la faute à des portières ne libérant pas assez d’espace, et également à une chute pavillon prononcée. Son coffre n’est pas bien costaud non plus avec une contenance très modeste pour la catégorie. Enfin, des sacrifices, cet allemand fabriqué à Poissy sur les mêmes chaines que le DS3 Crossback en réclame aussi côté conduite. Du côté des bons points, le Mokka pétille sur la route grâce à son trois cylindres turbo de 130 ch, un moteur à la fois nerveux et pas trop gourmand et qui forme un beau couple avec la boîte automatique à huit rapports. Bravo aussi pour la direction légère en ville et pas trop inconsistante sur route tout comme le comportement routier à la fois agile et sûr.

…ni le plus confortable

Mais côté confort, aïe aïe, aïe ! Trépidant et répercutant sèchement les défauts de la chaussée, l’amortissement vous renseigne fidèlement sur son (mauvais) état, défaut amplifié sur notre modèle d’essai par les grandes jantes de 18 pouces. Agaçante à l’avant, la séance de rodéo tourne au supplice à l’arrière où conséquence de l’empattement court (2,56 m), les fesses des passagers sont à proximité du train arrière et en subissent la mauvaise humeur. Bref, fantasque avec ses bons et ses mauvais côtés, ce petit SUV ne se place pas parmi les meilleurs élèves de sa classe sauf côté prix avec des tarifs plutôt compétitifs. De quoi rendre un peu moins amer la potion de ce Mokka.

Source de l’article

Laisser un commentaire

Available for Amazon Prime