Essais

un SUV chinois masqué derrière un nom anglais


Zapping Autonews Green Le bioéthanol E85 en questions : 2e partie

Mine de rien, c’est un événement. Sous couvert d’un badge anglais, le premier véhicule chinois électrique disponible à la vente vient d’arriver en France. Il s’agit du ZS EV de la marque MG, coupant l’herbe sous le pied au futur SUV Aiways U5, attendu pour l’été 2020. Lui aussi est un SUV et il provient d’ailleurs du même groupe : SAIC Motor, un géant aux multiples firmes, propriétaire de la licence MG depuis sa fusion en 2007 avec Nanjing Automobile Corporation (NAC), après que celui-ci ait racheté le petit constructeur britannique en faillite en 2005.

Le ZS EV, encore inconnu chez nous, n’est pour autant pas tout à fait nouveau. Produit depuis 2017 dans l’empire du Milieu sous l’appellation MG ZS, il proposait uniquement des motorisations thermiques. Sa variante « EV » 100 % électrique est maintenant importée en Europe et distribuée en France. Une seule concession parisienne MG Motor s’occupe pour l’instant de la distribution dans l’Hexagone.

Vous l’aurez compris, les petites voitures amusantes et sportives sont bien loin. Sans remonter jusqu’à la création des « Morris Garages » en 1924 ou la production de roadsters et coupés très appréciés dans les « sixties », la ZS était au début des années 2000 une petite berline à coffre, version dynamisée de la Rover 45. Aujourd’hui, le MG ZS EV s’apparente plutôt à une antithèse de l’héritage logique de ce blason.

LIRE AUSSI : NOTRE ESSAI DU PEUGEOT E-2008Un prix plancherLancer le diaporama
MG ZS EV | Toutes les photos de notre essai du SUV sino-britannique+63

Credit Photo – Autonews

C’est donc avant tout en tant que jeune marque qu’il faut considérer MG pour son retour. Percer sur notre marché ne pouvait se faire qu’avec une stratégie des plus agressives et avec un nom qui résonne, c’est déjà un grand pas en avant d’effectué. Pour le reste, il faut compter sur l’expertise de SAIC dans l’électrique sur son marché national, pour débarquer avec une technologie maîtrisée à un tarif ultra-concurrentiel. Crossover compact de 4,31 mètres de long, il se retrouve face à un Peugeot e-2008, SUV urbain qui a bien grandi pour dominer sa catégorie de par sa taille (4,30 m). Quand le français demande 37 400 € minimum et dépasse largement les 40 000 € en version haut de gamme avec options, le ZS EV s’affiche à 29 990 €…

Que peut-il offrir à ce tarif ? Eh bien déjà un équipement très complet qui assure l’essentiel, accompagné de multiples aides à la conduite avec régulateur adaptatif et maintien dans la voie, une connectivité incluant Android Auto et Apple CarPlay ou encore un écran tactile de 8″ avec navigation intégrée, la radio numérique et le volant cuir.

Mieux, pour 31 990 €, la finition Luxury ajoute le toit vitré ouvrant panoramique, l’avertisseur d’angles-morts, la caméra de recul, le contrôle en descente, le siège conducteur électrique avec sièges avant chauffants ainsi que la sellerie en simili-cuir, les rétros rabattables électriquement ou encore le capteur de pluie. Aucune option n’est proposée, mis à part la peinture métallisée.

Ensuite, son coffre de 448 litres et son espace convenable aux places arrière jouent en sa faveur. Les voitures électriques au prix équivalent, voire plus onéreuses, s’avèrent moins logeables. Les batteries tiennent sous le plancher et n’empiètent pas sur le volume habitable. Des batteries de 44,5 kWh, moins que les 50 kWh du Peugeot, pour une autonomie en cycle WLTP annoncée à 263 km contre 310 du côté du e-2008. Un peu léger à première vue, cependant, la consommation donnée par le constructeur de 18,6 kWh aux 100 km se confirme à l’usage et il faut le souligner.

LIRE AUSSI : NOTRE ESSAI DU HYUNDAI KONA HYBRIDTonique mais trop soupleLancer le diaporama
MG ZS EV | Toutes les photos de notre essai du SUV sino-britannique+63

Credit Photo – Autonews

À son volant, nous avons parcourus tout type de routes, de la ville jusqu’à l’autoroute, sans rouler à l’économie. À la fin de la journée, le compteur affichait 18,8 kWh/100 km, même les voies rapides n’affectaient pas démesurément la dépense. Un kilomètre parcouru entraînait plus ou moins une perte d’un kilomètre d’autonomie. Et cela, sans se faire au détriment des performances. 143 chevaux et surtout 353 Nm de couple disponibles à tout moment pour des reprises et des accélérations toniques. Le 0 à 100 km/h est réalisé en 8,2 sec et les dépassements ne sont pas un problème. Il est, de plus, possible de choisir entre les modes « Eco », « Normal » et « Sport » pour donner à la pédale d’accélérateur plus de sensibilité ou grappiller quelques dizaines de kilomètres d’autonomie. Le mode Sport durcit légèrement la direction, un peu floue au demeurant. Une autre gâchette baptisée « KERS » agit sur le niveau de récupération d’énergie au freinage. Le premier permet le « roues-libres », le troisième freine franchement jusqu’à la vitesse du ralenti et l’intermédiaire offre un juste compromis.

L’insonorisation est également maîtrisée pour s’accorder avec la discrétion de l’électrique et le confort du châssis. Le MG ZS EV est confortable, très confortable, parfois… trop confortable. Ou plus précisément, trop souple. Un avantage en ville, à moins d’aborder un ralentisseur avec trop d’élan. La caisse rebondit alors sur ses suspensions. Un amortissement qui génère du pompage en ligne droite et beaucoup de mouvements en virages. Si le centre de gravité abaissé par les batteries limite la prise d’angle, le véhicule n’en reste pas moins insuffisamment tenu. Avec 1 532 kg à vide, le poids est similaire à celui du e-2008 au lion, certes plus ferme, mais toujours confortable. L’arbitrage fermeté/confort est donc à revoir pour une polyvalence plus en adéquation avec sa taille et son rayon d’action, permettant facilement de dépasser en confiance la proche banlieue des grandes agglomérations et de revenir.

LIRE AUSSI : NOTRE ESSAI DU DS3 CROSSBACK E-TENSEÉconomies de bordLancer le diaporama
MG ZS EV | Toutes les photos de notre essai du SUV sino-britannique+63

Credit Photo – Autonews

Adapté à une conduite coulée pour ne pas le brusquer, les occupants profiteront d’un habitacle lumineux sur la finition haut de gamme grâce au toit vitré. La planche de bord, classique, se complète d’une console centrale au design moderne. On peut noter les efforts de présentation et de qualité d’assemblage. Les surpiqûres et les baguettes brillantes apportent un rendu moins brut. On ne peut pas en dire autant de la qualité des matériaux employés. À ce tarif, les plastiques durs étaient attendus. Seul le haut du tableau de bord est exempté. Le simili-cuir des sièges fait illusion mais sa tenue dans le temps pourrait décevoir au regard du craquèlement du revêtement de l’accoudoir central de notre exemplaire, pourtant neuf… Le repose-genou du conducteur laisse également deviner l’économie réalisée sur l’épaisseur des éléments employés, aux bruits de craquements qu’ils produisent durant la conduite. On regrettera enfin une position pas toujours optimale, due à une direction réglable uniquement en hauteur sur une faible amplitude, collée aux compteurs.

LIRE AUSSI : NOTRE ESSAI DE LA NOUVELLE RENAULT ZOEJe ne l’aurais pas déjà vu quelque part ?Lancer le diaporama
MG ZS EV | Toutes les photos de notre essai du SUV sino-britannique+63

Credit Photo – Autonews

À la descente de voiture, l’impression est la même, celle d’un modèle « low-cost » mais qui ne fait pas « cheap ». Les poignées intègrent des touches de chrome, assorties à des jantes 17″ bicolores qui brillent ou à une grille de calandre façon Mercedes. Sans être mauvaise langue, la vieille habitude des modèles chinois à « s’inspirer » des productions automobiles déjà établies, se retrouve modérément sur ce ZS. Des feux de jour de Mazda 2 pour la signature lumineuse, des optiques arrière de Kia Stonic au-dessus d’un bouclier aux inserts très proches de ceux des premières séries de Kia Niro. Pour sa défense, le timing parfois très serré entre la sortie des modèles cités et celle du MG le disculpe en partie d’avoir voulu reprendre à son compte ce qui lui plaisait ailleurs. Sinon, on aurait vite vu un air de ressemblance dans la découpe de calandre avec celle d’un Seat Tarraco, mais ce dernier est sorti après 2017… Au final, peu importe, l’ensemble est homogène et discret sans évoquer un véhicule bon marché.

Un statut qui se ressent davantage sur de petits détails comme dans les lenteurs du système multimédia, le déclenchement (très) tardif des phares automatiques, les voyants de ceintures arrière qui restent allumés alors qu’il n’y a rien ni personne sur la banquette (bug isolé ?), la climatisation qui n’affiche pas la température réglée mais uniquement un niveau de froid ou de chaud pendant quelques secondes sur l’écran central, ou bien les portes qui demandent souvent de s’y reprendre à deux fois pour les fermer correctement. Cela ne perturbe pas trop l’expérience, un prix attractif implique obligatoirement quelques concessions au niveau de certains postes de dépense.

LIRE AUSSI : NOTRE ESSAI DU KIA E-SOULCharge rapide et livraison expressLancer le diaporama
MG ZS EV | Toutes les photos de notre essai du SUV sino-britannique+63

Credit Photo – Autonews

Question recharge, le ZS EV peut se connecter à une borne de chargement rapide et accepter un maximum de 85 kW permettant de récupérer 80 % de batterie à partir de 0 en 40 minutes. Avec une Wallbox de 7 kW, il faudra attendre 7h30 et entre 12 et 16 heures si vous décidiez de le brancher sur une prise domestique. Deux câbles de charge de Type 2, le plus répandu, sont fournis et trouvent leur place sous le plancher du coffre. De manière générale les rangements ne manquent pas à bord : sous l’accoudoir, porte-gobelets, bacs de porte, emplacement sous la console centrale, on ne se sent jamais vraiment encombré par les accessoires.

Si les temps de recharges se situent dans la norme, la livraison du véhicule s’effectue à la vitesse de l’éclair. Avec une gamme réduite à deux finitions et cinq coloris au choix (quatre peintures métallisées facturées 650 €), la configuration est rapide et le stock, important. Présent dès le lancement avec la vente en ligne, à peine forcée par l’épidémie de coronavirus, MG est armé et propose d’acheter son véhicule à distance et de le livrer à domicile. En région parisienne, une équipe de quatre commerciaux ont la possibilité de se déplacer chez vous avec un véhicule d’essai avant de vous décider. Le premier client français a ainsi pu prendre possession de son ZS EV à peine une semaine après l’ouverture de la concession.

À cette occasion, une offre de lancement ajoute une Wallbox et son installation à domicile pour les particuliers ainsi qu’une carte de recharge pour l’équivalent d’un an d’utilisation de bornes publiques. Ajoutés au bonus de 7 000 € octroyé par l’État, ces beaux gestes rendent le MG ZS EV intéressant pour celui qui recherche un véhicule neuf et bien équipé sans prétention. Malgré ses imperfections, il offre confort, performances, cinq places et un vrai coffre pour un tarif placé entre 22 990 € et 25 640 € tout compris. Son succès ouvrira peut-être la voie à de futurs modèles respectant davantage l’esprit MG, des études évoquant un éventuel et inédit roadster électrique… En attendant, si vous vous laissez tenter, rien ne vous oblige à révéler sa véritable nationalité.

Source de l’article

Laisser un commentaire