Essai Skoda Enyaq iV 80x
Le coin des blogs

Essai Skoda Enyaq iV 80x

Le Skoda Enyaq iV 80x vient compléter la gamme électrique naissante de la marque tchèque. Cette version 4 roues motrices en finition Sportline offre-t-elle une polyvalence supérieure? On vous donne quelques éléments de réponse après l’avoir essayée dans son pays d’origine. 

Un look plus agressif en Sportline

Le Skoda Enyaq iV partage sa plateforme et la plupart de ses éléments techniques avec le Volkswagen ID.4. Toutefois, cela ne se voit pas du tout au premier coup d’oeil. Tant mieux! En termes de style, non seulement le Tchèque se démarque, mais surtout il remporte la palme du prix de beauté face à son cousin. Dans sa finition Sportline, il devient même carrément un peu agressif.

Notre modèle ne dispose malheureusement pas de la calandre lumineuse. Mais en plus de son coloris rouge vif, il possède de larges jantes bitons lui donnant un supplément de caractère. Avec ses lignes ciselées, il prend même des airs de voiture sportive. Les écopes à l’avant et le becquet arrière de couleur noire boostent son look. A vrai dire beaucoup ne l’imaginent même pas en électrique en la voyant dans la rue.

Un grand coffre

A l’intérieur, on fait face à une planche de bord plutôt massive. On trouve une énorme dalle tactile placée pile au milieu, et étrangement un tout petit écran à la place des compteurs. On trouve le minimum de commandes physiques, à l’exception de quelques accès directs en dessous des aérateurs. Pour quasiement tout le reste, il faudra passer par la tablette, à l’ergonomie pas toujours très intuitive.

On a de la place à l’avant comme à l’arrière. Toutefois, Skoda nous a mal habitués, et on s’attendait à mieux en la matière. Peut-être sommes nous tout simplement un peu trop gourmands. Les petites astuces « simply clever » comme le parapluie dans la porte, font toujours leur petit effet. Notre Enyaq dispose d’un coffre à la capacité plutôt confortable, avec ses 585 litres. Côté modularité, du classique avec une banquette 60/40.

Deux moteurs électriques

Notre déclinaison dite « 80x » en finition Sportline dispose d’une transmission intégrale. Concrètement, il ya deux moteurs électriques pour une puissance combinée de 265 chevaux. Rien que ça! La voiture est naturellement propulsion, et le bloc avant vient en renfort quand c’est nécessaire, notamment bien sur quand on ouvre les gaz en grand. Avec un fort couple de 485 Nm, on oublie à chaque accélération et reprise le poids de ce lourd Enyaq.

Les performances en témoignent, avec un 0 à 100 km/h exécuté en moins de 7 secondes. Comme toujours avec les électriques, cela s’accompagne d’une sensation de poussée propre à ce type de véhicules. Un mode aide la régénération en se calant sur le navigation, en anticipant les ralentissements en arrivant en courbe. Le système exagère un peu, et l’on préfère souvent le frein moteur réglable. Et quand on doit actionner les freins, on s’agace un peu à cause de quelques errements dans la course de la pédale. Un coup à prendre.

Transmission intégrale

En Sportline, le Skoda Enyaq s’offre un chassis avec un amortissement un peu plus dur. Le constructeur, fidèle à sa philosophie n’a pas exagéré les choses, avec un niveau de confort heureusement largement préservé. Ainsi, quand on hausse le rythme, les mouvements de caisse ne disparaissent pas pour autant. Il se tient bien en courbe, campé sur ses appuis et motrice bien en toutes circonstances. On s’épargne ainsi quelques patinages, comme on peut l’avoir parfois sur des électriques deux roues motrices.

Avec deux moteurs et donc un poids logiquement supérieur à 2 195 kg, on s’attend à une consommation également en hausse. Dans notre réalité, sur notre parcours essentiellement routier (avec peu de voies express) de plus de 100 km, elle s’est établie entre 20 et 21 kWh, sans chercher l’éco-conduite. Ainsi, selon nos projections, cela nous met sur une autonomie réelle proche des 380 km. On peut ainsi imaginer atteindre aisément les 400 km en faisant plus attention. Toutefois, avec des passagers à bord, ce chiffre pourrait évoluer à la baisse.

Puissance de recharge jusqu’à 125 kW

Du côté de la recharge, on trouve un chargeur AC de 11 kW embarqué. L’Enyaq autorise également l’accès aux bornes DC jusqu’à 125 kW. Cela prend alors 40 minutes pour passer de 5% à 80%. Cette version sera disponible dans le courant de l’été, mais nous n’avons pas encore pour le moment la grille des tarifs. On sait déjà toutefois que le prix de base devrait dépasser allègrement les 50 000 €.

+ON AIME LookConsommation contenueCapacité du coffre–ON AIME MOINS Sensation pédale de freinsProbablement assez chèreErgonomie tablette tactile

 

Skoda Enyaq iV 80xPrix (à partir de)– €Prix du modèle essayé– €Bonus / Malus– €MoteurType et implantationav synchrone / ar asynchroneCylindrée (cm3) –Puissance (ch/kW)265 / 195Couple (Nm) 465TransmissionRoues motricesintégraleBoîte de vitesses autoChâssisFreins à disquesJantes et pneus 255 / 40 R21PerformancesVitesse maximale (km/h) 1600 à 100 km/h (s) 6,9ConsommationCycle mixte (kWh/100 km + autonomie)17 / + de 500 kmCO2 (g/km) –DimensionsLongueur (mm) 4 643Largeur (mm)2 147Hauteur (mm)1 605Empattement (mm) 2 767Volume de coffre (l) 585Poids (kg)2 195

 

Source de l’article

Laisser un commentaire

Available for Amazon Prime