Le coin des blogs

Nouveau Ford F-150 : « le plus fort et productif »

Ford retouche son pick-up F-150 et l’améliore encore pour en faire, selon le constructeur, le plus fort et le plus productif jamais construit.

Esthétiquement, ce F-150 garde l’esprit de ces prédécesseurs. Pourquoi changer une formule qui fonctionne ? Dans le détail, la face avant évolue tout de même totalement. Les feux, tout d’abord, se simplifient dans leur forme extérieure. Une nouvelle signature lumineuse fait son apparition. La calandre évolue elle aussi. La grande partie horizontale qui barrait la grille et débordait dans les phares est toujours là, mais elle est réduite et ne déborde plus.

La calandre s’adoucirait presque. L’ovale bleu qui trônait, intouchable, au milieu de la grille est désormais ceint par une grosse partie chromée et dissimule (entre autres) une caméra. Le bouclier est redessiné également et lui se complexifie. Ca c’est pour la version la plus huppée dite « Limited ». Pour les versions « pour travailleurs manuels », cela reste plus simple et avec moins de « chichis ». Nous, on préfère la version « Lariat », surtout qu’elle peut être prise sans le chrome clinquant. 11 grilles différentes sont à disposition.

L’arrière évolue tout en conservant là aussi le même esprit. Les feux conservent plus ou moins leur forme trapézoïdale mais ne sont plus concaves. C’est à l’intérieur qu’il y a peut-être le plus de changements. Les aérateurs se font plus discrets et d’un traitement vertical de la planche de bord, on passe à une ligne plus horizontale. C’est accentué par une grande ligne séparatrice qui court de la colonne de direction à la portière passager. L’écran central est de 8 pouces de séries, et 12 pouces à partir de la finition XLT (option, et série au-delà). Rassurez-vous, cela reste visiblement robuste à l’intérieur.

Tout pour les pros

Ce qu’on demande à un F-150 c’est de « faire le job » ! Pour cela, la benne peut recevoir un nouveau revêtement qui « booste la productivité » selon Ford. Il y a aussi le « Pro Power Onboard ». Cela permet de ne pas amener de générateur électrique et d’utiliser celui embarqué. Selon les motorisations et les options, le PPO délivre de  2kW à 2,4 kW en 120 volts, ou 7,2 kW de puissance en 240 V avec 30 A. On peut ainsi recharger les outils à batterie à l’arrêt comme en roulant. Ou brancher « 28 réfrigérateurs moyens » comme l’indique Ford (que ferait-on de 28 réfrigérateurs ?).

A l’intérieur, il y a une option appelée « Work Surface » qui est un plan de travail déployable au niveau de la partie centrale entre les deux fauteuils avant. Cela permet de poser un ordinateur ou de « signer des documents », manger, etc. Cette surface s’escamote dans l’immense compartiment central. Les « Max Recline Seats » disponibles dans la finition « King Ranch » peuvent même se mettre pratiquement à plat pour le repos du travailleur fourbu…

Sous le capot, on peut trouver le V6 3,5 litres PowerBoost Full Hybrid. Selon Ford, il délivre le plus de couple et de puissance dans le segment des pick-ups « light-duty full-size ». Le moteur est disponible dans toutes les finitions. Ford vise 700 miles sur un seul plein en consommation EPA. En théorie, il est capable de tracter plus de 12 000 pounds. Cela fait 5440 kg environ ou, comme l’indique Ford, la masse de 43 joueurs de ligne de foot américain (on a les références de son public ?).

Une noria de V6 et V8

Le moteur V6 PowerBoost est accouplé à une boîte automatique SelectSchift à 10 rapports qui intègre un moteur électrique de 35 kW (47 ch). C’est évidement un mHEV (mild hybrid ou hybride léger) qui se sert d’une batterie de 1,5 kWh pour alimenter le moteur électrique et ainsi aider le thermique. La batterie est alimentée à son tour par le moteur électrique lors des phase de décélération ou de freinage. Ford indique que le système fonctionne même par fortes températures.

Sinon, 5 autres motorisations sont disponibles : 3.3-litres Ti-VCT V6 60° FFV (atmo), 2.7-litres EcoBoost® V6 60° (twin-turbo), 5.0-litre Ti-VCT V8 90° (atmo), 3.5-litres EcoBoost® V6 60°, 3.0-liter Power Stroke® V6 60°. Comme de coutume avec ces véhicules, tout est à la carte ou presque : Regular Cab, SuperCab, SuperCrew®, mais aussi 6 finitions, XL, XLT, LARIAT, King Ranch®, Platinum, Limited, etc. En fonction des motorisations et des versions, il y a 3 systèmes de freinage (vu ce que cela peut tracter il veut mieux). Il y a aussi 3 volumes de réservoirs : 23 gallons, 26 gallons, 36 gallons (soit 87, 98 et 136 litres) sauf pour le power stroke 3 litres (98 litres) et le 3.5 PowerBoost qui dispose forcément d’un réservoir de 30,6 gallons (116 litres).

Connecté

Le F-150 n’est pas qu’un « bon gros bourrin ». Il embarque les technologies connectées actuelle (SYNC 4) ainsi que les aides à la sécurité (freinages d’urgence voiture et piéton, Ford Co-Pilot360™ 2.0, etc. Il y a même l’assistance à la marche arrière avec une remorque. Le F-150 peut même se conduire tout seul (hand-free) sur des portions de routes (voies express avec séparateur central) répertoriées. Selon Ford, ce sont 100 000 miles sur les 50 états et le Canada.

On peut enlever les mains du volant, mais une caméra surveille le conducteur qui doit rester attentif et focalisé sur la route. Enfin, pour le moment le F-150 peut être pré-équipé du matériel nécessaire et sera mis à jour « over the air » (à distance) vers le 3e trimestre 2021 pour avoir le logiciel adéquat.

« Tous les F-150 sont assemblés avec fierté à l’usine Ford de pick-up de Dearborn, Michigan, et dans l’usine de Kansas City à Claycomo, Missouri ».

Le nouveau F-150 sera disponible à l’automne 2020.

Notre avis, par leblogauto.com

Ce Ford F-150 est toujours un « petit mystère » de ce côté-ci de l’Atlantique. Non, on ne parle pas du véhicule en lui-même. Mais, pourquoi ce genre de pick-ups ne prend pas vraiment à part en montagne (pour le côté vrai 4×4) ? Il a fallu une niche fiscale (refermée depuis) pour voir frémir le segment.

Pourtant, cela a plus de « gueule » que nos vans et fourgonnettes européens non ? Et c’est bourré de rangements comme les monospaces à la belle époque. Rien que pour le fait de pouvoir fixer une planche, et la découper à la scie circulaire sur le hayon de la benne (qui s’ouvre et ferme électriquement) il vaut le coup ce Ford F-150. A moins que ce soit pour alimenter les 28 frigos comme le prend en référence Ford.

Source de l’article

Laisser un commentaire