Honda quitte la Formule 1, pas une première - F1
Formule 1

Honda quitte la Formule 1, pas une première – F1


Avoir pour fondateur Soichiro Honda, grand amoureux de la course automobile, ne garantit pas la durée en F1. La première incursion en tant qu’équipe, brève (de 1964 à 1968), se termina douloureusement. La mort de Jo Schlesser, victime d’un innovant mais très inflammable châssis en magnesium, sonne le glas de la première participation de Honda en F1. Les deux suivantes, en 1992 comme motoriste puis en 2008 comme écurie à part entière, brutalement…

En 1992, le manufacturier japonais domine la discipline depuis 1986 et truste les titres mondiaux que ce soit avec Williams ou McLaren. Invaincu en six ans, Honda décide pourtant de se retirer, à cause d’une crise économique au Japon. Cette année-là, Senna, idole des Japonais, ne remporte que trois courses sur sa McLaren (deux pour son coéquipiers Gerhard Berger) et termine très loin du champion Mansell au volant d’une Williams propulsée par Renault.

En 2008, Honda ne croit plus en sa voiture

En s’en allant du paddock, Honda réfléchit à créer sa propre structure comme dans les années 1960. Il lui faudra vingt ans pour mener le projet à son terme même si le motoriste revient en 2000. C’est en 2006 que le constructeur japonais rachète BAR, la structure créée par Jacques Villeneuve et son manager Craig Pollock. Ross Brawn ne tarde pas à rejoindre le projet et annonce dès le début de la saison 2008 qu’il la sacrifiera pour tout donner en 2009, date d’un changement aérodynamique majeur.

Ses pilotes, Barrichello et Button, terminent bons derniers du Championnat mais l’ingénieur britannique a confiance dans sa monoplace 2009. Pas les Japonais qui, une nouvelle fois, s’en vont brutalement, un soir de décembre, laissant l’usine de Brackley, siège à l’époque de Honda, dans le plus grand embarras.

Ross Brawn rachètera l’usine, mènera l’équipe, baptisée à son nom (Brawn GP) au titre mondial, grâce au malicieux double diffuseur et la revendra dans la foulée à Mercedes.

Source de l’article

Laisser un commentaire