Les voitures les moins fiables en 2021
Technique et Pratique

Les voitures les moins fiables en 2021



1. Catégorie des Minis : Fiat 500500© FiatFiabilité : Décevant

La gamme de la Fiat 500 a sérieusement été élaguée ces derniers mois, puisque ne subsistent plus que l’antique 1.2 69 ch et le récent 3-cylindres 1.0 de 70 ch à hybridation légère. Concernant le premier, les problèmes de pompe à essence signalés l’an passé ont quasiment disparu, tout comme ceux liés au « stop & start » et aux bruits de train ­arrière. En revanche, vous êtes à nouveau nombreux à rencontrer des soucis de ­roulements de boîte de vitesses. Pour le moment, aucun défaut récurrent n’a été rapporté avec le nouveau moteur, mais les modèles les plus anciens affichent ­rarement plus de 15 000 km au compteur, ce qui ne suffit pas à établir un verdict définitif.

Qualité : Moyen

La présentation séduit toujours autant. Mais, lorsqu’on observe cette 500 en ­détail, on ne peut s’empêcher de remarquer que les plastiques et leurs assemblages, aussi bien intérieurs qu’extérieurs, sont loin d’être irréprochables.

Notre avis

La 500 s’améliore sensiblement au fil du temps. Mais la petite italienne part de trop loin pour parvenir à atteindre un ­niveau de fiabilité acceptable. Les problèmes récurrents sont, certes, de plus en plus rares, mais le nombre d’exemplaires touchés par des pannes isolées reste ­important.

2. Catégorie des Petites : Mini HatchHatch© MiniFiabilité : Décevant

Les problèmes continuent à s’ac­cumuler pour la Mini. Ainsi, nombre d’entre vous se plaignent toujours de l’usure excessivement rapide des plaquettes de frein arrière, en 15 000 km en moyenne, des disques avant (environ 50 000 km) et des pneumatiques (20 000 km à l’avant, 30 000 km à l’arrière). Depuis quelques mois, on note ­également pas mal de problèmes de ­moteur et de cadre (fissures) du toit ­ouvrant. Quant aux soucis du système multimédia, ils sont toujours de la partie. Les moteurs, en revanche, ne montrent aucun faiblesse récurrente.

Qualité : Moyen

Même si le niveau est largement meilleur que celui des deux précédentes Mini by BMW, l’usage de certains plastiques et le manque de rigidité de certains assemblages, qui créent des bruits de mobilier, sont indignes des tarifs demandés.

Notre avis

La réalité est beaucoup moins charmeuse que les lignes de cette petite anglaise, et ses coûts d’entretien s’avèrent élevés à cause de la faible résistance de certaines pièces d’usure.

 

3. Catégorie des SUV & 4×4 URBAINS – Jeep Renegade et Fiat 500XRenegade© JeepFiabilité : Moyen

Les soucis d’usure anticipée de l’embrayage continuent à se développer sur les cousins Jeep Renegade et Fiat 500X. ­Mais les choses s’améliorent par ailleurs. Ainsi, on ne ­relève presque plus aucun signalement d’ordre électronique. Le nombre de cas de bugs du système multimédia et d’allumage intempestif de voyants au tableau de bord est en chute libre. De même, on ne déplore plus de fuites récurrentes du ­circuit d’air conditionné. La grande ­inconnue demeure la fiabilité du nouvel ­ensemble hybride rechargeable, premier du genre développé par Fiat-Chrysler.

Qualité : Bon

Bien qu’elles soient assemblées sur les mêmes chaînes, le Renegade et la 500X affichent ici un bilan très différent. Si les assemblages extérieurs sont corrects dans les deux cas, la Jeep multiplie les faux pas à bord (plastiques durs, vibrations de ­mobilier), tandis que la Fiat tutoie les références de la catégorie.

Notre avis

Les récents 1.0 T3 et 1.3 T4 confirment qu’ils sont bien nés. Et réjouissons-nous que les ingénieurs soient parvenus à quasiment éradiquer tous les problèmes électroniques récurrents connus jusqu’à présent. Reste les soucis d’embrayage.

4. Catégories des Familiales compactes: Fiat TipoFiat Tipo © Alex KrassovskyFiabilité : Moyen

Alors que la version restylée fait son ­entrée dans les concessions, la Tipo connaît plusieurs soucis. Le 1.4 95 ch est concerné par deux d’entre eux : une consommation d’huile qui dépasse 0,25 l/1 000 km dès les premiers kilomètres et quelques défaillances de bobines, les plus précoces apparaissant dès 20 000 km. En revanche, l’usure prématurée des pneus avant n’est plus d’actualité, pas plus que les soucis de l’écran multimédia.

Qualité : Décevant

Avec ses tarifs agressifs, la Tipo vise les Dacia. Mais le soin porté à la fabrication de cette italienne est inférieur à celui des franco-roumaines. À bord, les plastiques sont presque tous durs et leurs assemblages, fait à la va-vite. C’est encore plus criant sur les modèles de base, dotés d’une planche de bord spécifique (sans écran tactile). À l’extérieur, les ouvrants sont mal alignés, tout comme les boucliers et les soubassements, qui ne sont quasiment pas protégés.

Notre avis

Avec l’apparition des premiers exemplaires fortement kilométrés, la Tipo ­révèle de nouvelles faiblesses plus graves que les précédentes, puisqu’elles peuvent entraîner l’immobilisation de la voiture.

5. Catégorie des SUV & 4×4 FAMILIAUX : Peugeot 3008 et 5008Peugeot 3008© Alex KrassovskyFiabilité : Décevant

Même si le nombre de cas recensés ces derniers mois est en chute libre, une poignée de 1.2 PureTech 130 a encore rendu l’âme à cause de la rupture d’au moins l’une des bougies ­d’allumage, des morceaux de céramique tombant alors dans le cylindre. Rappelons que sur, les exemplaires fabriqués depuis 2018 ou dont les bougies ont été rem­placées, ce risque n’existe plus, Peugeot utilisant désormais une nouvelle référence. Du côté des BlueHDi, une épidémie de problèmes liés au réservoir d’AdBlue s’étend rapidement. Le plus souvent, la seule solution consiste à remplacer cette pièce coûteuse (environ 1 200 €). Beaucoup plus sporadiquement, le 2.0 BlueHDi 180 ch (uniquement disponible à présent sur le 5008) est parfois victime de casse de turbo ou de casse tout court. Une bonne nouvelle toutefois : les soucis de “stop & start” du 1.5 BlueHDi 130 ch ont pratiquement ­disparu.

Qualité : Bon

À bord, il faut vraiment un œil avisé pour reconnaître les versions restylées de ­l’automne. Mais les 3008 et 5008 ayant déjà placé la barre assez haut en matière de qualité intérieure, cela n’a rien d’une critique. Extérieurement, depuis la disparition des vibrations de capot, le niveau d’assemblage est également honorable.

Notre avis

Peugeot a-t-il trop concentré ses efforts sur la perception qualitative au détriment de la fiabilité ? Ce duo à succès flirte désormais avec les tréfonds de notre classement.

6. Catégorie des Monospaces & Ludospaces : Citroën Grand C4 SpacetourerGrand C4 SpaceTourer© CitroënFiabilité : Décevant

Une fois n’est pas coutume, c’est la ­variante essence de ce monospace, le 1.2 PureTech 130 ch, qui pose la majorité des problèmes. C’est principalement la désagrégation de la courroie de distribution qui est préoccupante puisque, à moins d’être détectée et réparée très rapidement, elle finit par casser et entraîne la destruction du 3-cylindres. Moteur qui, par ailleurs, est sujet à une consommation d’huile excessive dans de nombreux cas. Une petite poignée de casses des bougies d’allumage, qui peuvent être fatales au moteur, sont encore signalées mais, Citroën utilisant, depuis 2017, une nouvelle référence de bougies, il y a certainement eu un défaut d’entretien sur les véhicules concernés. Les bougies sont à remplacer tous les deux ans/60 000 km, au premier des deux termes échus.

Qualité : Moyen

Au fil des années, c’est surtout le mobilier de bord qui souffre : certains plastiques se ­déforment sous l’effet de la chaleur et l’ap­parition de rossignols est fréquente. Les alignements des différents éléments de carrosserie ne sont pas non plus irréprochables.

Notre avis

Si les pannes récurrentes sont désormais, hormis celles qui concernent le 1.2 PureTech, inexistantes, la fréquence de soucis isolés maintient cette dernière variante du monospace Citroën en queue de notre classement dans la catégorie des monospaces et ludospaces.

7. Catégories des Familiales & Routières : Volkswagen Arteon et PassatVolkswagen Arteon Shooting Brake© Alex KrassovskyFiabilité : Mauvais

Best-seller de la gamme, le 2.0 TDI 150 cumule, malgré sa mise à jour de l’été 2019, les problèmes. Il fait toujours preuve d’un goût immodéré pour le lubrifiant (jusqu’à 0,5 l/1 000 km), qui impose un coup d’œil régulier à la jauge. Le volant moteur se montre peu endurant, son remplacement intervenant aux alentours de 80 000 km. Et plusieurs d’entre vous regrettent le ­colmatage rapide du filtre à particules et la difficulté à provoquer des régénérations.

Qualité : Bon

Si le manque de noblesse de certains plastiques déçoit, les Passat et Arteon affichent un réel soin du détail, en particulier dans les alignements extérieurs et intérieurs.

Notre avis

Les soucis du diesel 2.0 TDI 150 ch, qui équipe plus d’une Passat/Arteon sur deux, plombent le verdict de ce duo, qui a au moins le mérite d’être presque totalement épargné par les bugs électroniques.

Source de l’article

Laisser un commentaire