Ce volant peut être utilisé en course et dans les jeux vidéos
Actualité auto

Ce volant peut être utilisé en course et dans les jeux vidéos


Le spécialiste Fanatec a dévoilé un volant qui sera utilisé en course, et dans votre salon !

Le monde de la simulation de course automobile (simracing) progresse à pas de géants. Si bien que le matériel utilisé par les « simracers » est de plus en plus proche de celui utilisé par les vrais pilotes de course. Mais Fanatec, spécialiste du simracing, a décidé de pousser le bouchon un peu plus loin. La marque a développé un volant qui sera utilisé en course, mais qui est aussi compatible avec le reste de sa gamme de simulateurs !

Un écran rond au milieu

Fanatec s’est associé avec Bentley pour concevoir le volant de la Bentley Continental GT3 Pikes Peak, qui va disputer la plus célèbre des courses de côte. Et le volant lui-même est assez particulier. Il reprend la forme rectangulaire adoptée par la majorité des volants de course, mais dispose d’un écran circulaire de 3,4 pouces en son milieu. Les pilotes, virtuels ou réels, pourront alors afficher un certain nombre d’informations : télémétrie, retour de force, réglages de la voiture, et même une montre inspirée par celle que l’on retrouve dans les Bentley Continental de série.

Pour le reste, ce volant reprend les codes des voitures de course. Fibre de carbone à foison, nombreux boutons et molettes, des LEDs partout, et pas moins de 6 différentes palettes derrière. De quoi promettre de très nombreuses fonctionnalités, tant dans la voiture que dans votre salon !

Attention au prix !

Ce volant est compatible avec la gamme actuelle de bases de retour de force de Fanatec. Reste la question du prix : Fanatec n’a encore rien communiqué sur le sujet. Mais en prenant en compte le fait que ce volant a été développé pour la course, qu’il est construit en carbone, et que le volant le plus cher de la gamme Fanatec actuelle coûte déjà 650 € (réplique du volant de la Porsche 911 GT3 R), on peut s’attendre à voir ce volant Bentley collector flirter avec les 1 000 €…

A lire aussi :

Source de l’article

Laisser un commentaire