qui était le roi mondial en 2021 ?
emploi et économie

qui était le roi mondial en 2021 ?


Le chiffre seul de ventes mondiales n’est pas forcément représentatif de la santé d’un constructeur, laquelle dépend de nombreux autres paramètres (investissements, marges opérationnelles, imposition…). Mais c’est tout de même un indicateur parmi tant d’autres sur la performance d’un catalogue et la popularité de certains modèles, notamment vis à vis de la concurrence. Et c’est particulièrement vrai chez les Allemands, qui se disputent en général la même clientèle.

Jusqu’en 2020, Mercedes dominait outrageusement les bilans annuels, finissant régulièrement à la tête du classement mondial « premium » devant BMW et Audi. Mais en 2021, surprise : le podium change !

Mercedes cède du terrainLa Classe C All Terrain, une des dernières nouveautés à l’étoile© Daimler AG

L’année dernière, Mercedes a écoulé 2,05 millions de véhicules à travers le monde, en baisse de presque 200 000 unités par rapport à 2020. Il y a toutefois des motifs de satisfaction : les modèles phares se sont très bien vendus (Classe G, notamment), et la gamme électriques a vu ses ventes progresser de 90 %, à 99 301 exemplaires. Malheureusement, Mercedes n’a rien pu faire pour endiguer la baisse d’activité en Europe, où ses ventes ont chuté de plus de 11 %. La seule hausse américaine de 0,5 % n’a pas suffi à compenser le ralentissement de l’activité

BMW gère mieux, Audi suit de loinBMW en tête au niveau mondial, mais les électriques restent marginales.© Cole Marzen

C’est donc BMW qui termine en tête en 2021 avec 2,21 millions de livraisons, dont un peu plus de 100 000 électriques. C’est la première fois que la marque BMW dépasse les 2,2 millions de ventes sur une année : résultat historique, donc, malgré un contexte particulier.

Le groupe bavarois est en hausse de 9,1 % (le seul du trio allemand à progresser), malgré un dernier trimestre compliqué marqué par une baisse de 15,1 %. Le démarrage en 2022 devrait logiquement être difficile…

Au delà de la compétitivité des modèles, c’est surtout la façon dont BMW a géré la crise des semi-conducteurs qui lui a permis de finir devant son rival le plus direct. Depuis le début d’année dernière, déjà, BMW faisait partie des marques qui semblaient le moins subir l’absence de ces composants électroniques essentiels.

Pour Audi, l’écart reste important avec ses deux concurrents. Le constructeur d’Ingolstadt a vendu 1,68 million d’autos en 2021, en baisse de 0,7 %, la faute, notamment, à la Chine qui baisse (3,6 %). L’Empire du Milieu représente le plus gros des ventes d’Audi, qui a produit et livré 82 000 véhicules électriques.

Les Allemands en retard sur l’électrique ?

Alors que Tesla devrait largement dépasser le million de ventes en 2022, la part des électriques chez Audi, BMW et Mercedes est infime : pas plus de 5 % ! Il faut dire que l’offre est encore très faible : en dehors de quelques modèles récents et très haut de gamme, il n’y a rien à mettre en face du duo Model 3/Model Y pour l’heure, surtout en termes de prix.

Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *