Notre essai mesuré du Volvo V60 Cross Country
Essais

Notre essai mesuré du Volvo V60 Cross Country


Pour trouver un peu de variété dans les carrosseries automobiles, il faut se lever tôt : il y a de moins en moins de choix. Heureusement, certaines maisons, comme Volvo, sont encore capables de mettre à leurs cartes des créations originales riches en saveurs comme ce V60 Cross-Country. C’est d’ailleurs le constructeur suédois qui a, avec Subaru et son Forester, a inventé la niche du « break-aventurier-baroudeur» dans la seconde moitié des années 90, suivi par des constructeurs comme Audi avec sa griffe allroad. Depuis, la recette simple mais efficace n’a pas changé. Prenez un break, relevez sa garde au sol (de 6 cm de plus ici), équipez-le d’une transmission intégrale afin de pouvoir affronter des conditions difficiles puis habillez le tout d’une panoplie suggestive, avec passages de roues proéminents et autres sabots de protection (siglés Cross Country, tout est dans les détails) et hop, le tour est joué !

Plus engageant qu’un SUV

Atypique sans être aussi m’as-tu-vu qu’un SUV grâce à sa hauteur raisonnable (1,50 m), la Volvo V60 Cross Country s’en démarque surtout en étant bien plus enthousiasmante à conduire. Plus agile et précise que l’immense majorité des membres de la tribu des « hauts sur pattes », notamment au sein de sa propre famille, cette « CC » fait la différence dès que la route tourne. Et ce malgré une masse qui n’a rien de négligeable, puisque mesurée à 1 920 kg sur notre balance. Notez aussi qu’elle ne souffre pas du mal de l’époque, qui touche beaucoup de nos automobiles, avec une direction qui n’isole pas de la route. Un vrai plus, en particulier pour circuler sur surfaces glissantes grâce à la transmission intégrale livrée de série même si, évidemment, il est impossible en cas de conditions neigeuses de faire l’impasse sur les pneus hiver de circonstance. Inutile de préciser aussi que malgré sa garde au sol généreuse ou encore son aide électronique en descente, cette Cross Country n’est pas taillée pour le vrai tout terrain… Comme l’immense majorité des SUV, d’ailleurs.

Quand la route tourne, le Volvo V60 Cross Country est plus précis et agile qu’une SUV.© VolvoDiesel ou rien

Côté mécanique, c’est bien simple, il n’y a pas le choix, ce V60 CC ne s’appréciant qu’en diesel avec le B4 marié d’office à une convaincante boîte automatique à huit rapports. Si ce quatre cylindres doté de deux turbos et d’un efficace alterno-démarreur séduit par son allant et sa frugalité (7,8 l mesuré en moyenne), en particulier sur autoroute où il ne réclame pas plus de 7 l/100 km, il a toutefois un défaut majeur : son manque de discrétion. Ne bâillonnant pas assez ses claquements à l’accélération, il chatouille aussi les tympans au ralenti, cassant l’ambiance cosy régnant à bord. Il est dommage que cette Cross Country ne se démarque pas des autres V60, ne serait-ce que par une sellerie spécifique. Mais pas de quoi lui adresser des reproches question qualité, tant elle fait honneur à la réputation d’accueil à la suédoise. Design épuré, écran tactile simple à utiliser et surtout finition et matériaux flatteurs concourent à se sentir bien à bord. De quoi se consoler, du moins en partie, d’un confort de roulement trop ferme à basse vitesse et que l’on ne peut pas corriger par l’option amortissement piloté, indisponible sur cette Cross Country au châssis surélevé. Autre regret, mais qui n’est pas une surprise, Volvo facture sa spécialité au prix fort : 55 900 € hors options. Une rançon que la poignée d’amateurs du genre sera sans doute prête à débourser.

L’ambiance est minimaliste et cossue à bord du Volvo V60 Cross Country.© Volvo

Source de l’article

Laisser un commentaire

Available for Amazon Prime