Climat UE : Merkel veut rallier les pays membres au taux de 55 %
Le coin des blogs

Climat UE : Merkel veut rallier les pays membres au taux de 55 %

La chancelière allemande Angela Merkel a fortement appuyé la proposition de la Commission européenne d’augmenter l‘objectif climatique du bloc à 55 % de réduction des gaz à effet de serre d‘ici 2030. S’exprimant au parlement fédéral, elle a déclaré que l’actuelle présidence du Conseil de l’UE s’efforcerait de parvenir à une décision unanime en tous les États membres de l’UE d’ici la fin de l’année.

La présidence allemande de l’UE se battra pour le taux de 55 %

La chancelière Angela Merkel a déclaré que la présidence allemande du Conseil de l’UE se «battrait» pour amener les États membres à convenir d’un objectif de réduction des gaz à effet de serre de 55%, tel que proposé par la Commission européenne, décrivant l’action climatique comme la «grande tâche pour l’avenir que nous devons mettre au premier plan. »

S’exprimant au parlement allemand lors d’un débat sur le budget fédéral, elle a ajouté: «D’ici la fin de la présidence, notre objectif est de faire en sorte que tous les États membres s’accordent à l’unanimité sur cet objectif de 55% pour l’UE.»

Cela doit être réalisé d’ici la fin de l’année pour permettre la mise en œuvre de la réglementation en 2021, a ajouté Mme Merkel.

Commission européenne : objectif de réduction des gaz à effet de serre de 2030 à «au moins 55 %»

La Commission européenne, présidée par Ursula von der Leyen, a proposé une augmentation de l’ objectif de réduction des gaz à effet de serre de 2030 à «au moins 55%» (actuellement 40%), mais la décision est loin d’être prise.

Les États membres, dont certains ont mis en garde contre une trop grande ambition, doivent encore se mettre d’accord sur leur position avant qu’un objectif final soit intégré dans le projet de loi climatique de l’UE après les négociations avec le Parlement européen.

L’Allemagne moteur sur le dossier

L’Allemagne a depuis longtemps fait de la recherche d’un accord sur la question entre les États membres l’un des principaux objectifs de la politique climatique de sa présidence du Conseil de l’UE au second semestre 2020. Cependant, le gouvernement a souligné son rôle de médiateur et « d’intermédiaire honnête » au cours de ces six mois, de sorte que le fait de mettre son poids derrière la proposition de la Commission envoie un message clair aux États membres.

Les effets du changement climatique : défis à long terme pour l’Allemagne

Malgré le COVID-19 et la crise économique, les défis à long terme de l’Allemagne n’ont pas changé, a déclaré Merkel. «Nous pouvons voir à chaque tournant que les effets du changement climatique sont de plus en plus visibles», a-t-elle ajouté, désignant la sécheresse, le mauvais état des forêts du pays et la pénurie d’eau comme des zones où le changement climatique était déjà visible en Allemagne.

Passer de 40 % à 55 % : un défi de taille … pour s’accorder

Alors que l’UE est sur la bonne voie pour dépasser son objectif actuel de réduction des émissions de 40 %, le porter à 55 % exigerait des efforts supplémentaires importants de la part des États membres. Les discussions sur l’objectif exact que la présidence allemande du Conseil entend faciliter pourraient devenir un défi de taille.

Certains pays d’Europe de l’Est, qui dépendent des industries polluantes traditionnelles et qui ont du mal à faire face à la transition économique et sociale nécessaire pour devenir climatiquement neutres, se sont montrés particulièrement sceptiques. D’autres ont récemment critiqué la proposition d’inclure les émissions provenant du secteur de l’utilisation des terres et de la forêt, ce qui est susceptible de réduire la pression sur d’autres domaines, car le secteur absorbe aujourd’hui net plus d’émissions à l’échelle de l’UE qu’en 1990.

Les pays nordiques font partie de ceux qui poussent à plus d’ambition. La Finlande a déclaré qu’elle promouvait activement une augmentation de l’objectif à «au moins 55 %», tout comme le Danemark et la Suède, qui ont ajouté qu’il devrait être conforme à l’ objectif de 1,5 ° de l’ Accord de Paris .

Merkel précédemment opposée à des objectifs plus ambitieux

Merkel s’était précédemment engagée à la proposition initiale de von der Leyen de 50 à 55%, mais sans plus préciser si elle était en faveur de l’extrémité supérieure de la fourchette.

Avant cela, la chancelière s’était catégoriquement opposée aux appels en faveur d’un objectif climatique européen plus ambitieux. En 2018, elle avait déclaré : «Nous devons d’abord atteindre les objectifs que nous nous sommes déjà fixés. Je ne pense pas qu’il soit logique de fixer constamment de nouveaux objectifs. » Cependant, alors que les inquiétudes concernant les vagues de chaleur et le mouvement des Vendredis pour l’avenir ont considérablement déplacé l’opinion publique en faveur d’une plus grande action climatique, Merkel a changé de cap.

Notre avis, par leblogauto.com

Les chefs d’État et de gouvernement se réunissent à Bruxelles les 15 et 16 octobre et débattront probablement de l’objectif – tout comme les ministres de l’environnement une semaine plus tard, le 23 octobre, lors de leur prochaine réunion formelle.

Rappelons que le secteur automobile est loin d’être le seul concerné. La ministre allemande de l’Environnement, Svenja Schulze, a reconnu être « bien consciente qu’il s’agit d’un défi énorme pour certains États membres, en particulier les régions charbonnières et sidérurgiques de l’Union européenne. »

S’adressant aux journalistes avant que Merkel ne monte sur scène au parlement, Schulze s’est arrêté un instant avant de soutenir officiellement la proposition de la Commission visant à réduire au moins 55 % des gaz à effet de serre et a simplement déclaré qu’il y avait de «très bons arguments» pour cela.

Elle a également précisé que la décision ne serait pas gravée dans le marbre pour toujours, puisque l’ Accord de Paris stipule que les gouvernements réexaminent leurs objectifs tous les cinq ans. Le rôle de la présidence allemande du Conseil est de réunir les États les plus ambitieux avec ceux qui ont le plus de doutes et de parvenir à un accord, a-t-elle ajouté. «Mon objectif est de parvenir à un accord sur un objectif climatique 2030 renforcé pendant la présidence allemande du Conseil.»

À l’invitation de la présidence allemande du Conseil de l’UE, les ministres de l’environnement se réunissent à Berlin les 30 septembre et 1er octobre pour débattre de la loi climatique de l’UE, du plan des objectifs climatiques à l’horizon 2030 et de la biodiversité.

Après les Etats membres, restent également à s’accorder avec les acteurs, ….  ce qui n’est pas gagné …

Le «Plan Objectif Climat 2030»  présenté par la Commission européenne peut – en particulier dans le contexte de la crise du coronavirus – « entraîner de graves charges économiques et par conséquent mettre en danger la compétitivité de l’Europe. » C’est l’une des principales déclarations de la déclaration de Hildegard Müller, présidente de l’Association de l’industrie automobile (VDA), sur les propositions visant à resserrer de manière significative les valeurs d’ici 2030.

Sources : Bundestag

Source de l’article

Laisser un commentaire