F1 - Ferrari - Frédéric Vasseur : "Il n'y aura pas une voiture B pour la suite de la saison"
Sport Automobile

F1 – Ferrari – Frédéric Vasseur : « Il n’y aura pas une voiture B pour la suite de la saison »

Se démoraliser ? Certainement pas. S’apitoyer sur son sort ? Non plus. Partir à la chasse aux coupables ? Encore moins. Malgré un début de saison bien loin des attentes, Frédéric Vasseur, le nouveau patron de la Scuderia Ferrari, a tenté de ramener le calme ce vendredi dans les colonnes de La Gazzetta dello Sport. Mieux, il tente de relancer et assure qu’il croit toujours en son équipe.

« Tout le monde travaille pour progresser, malgré des résultats qui ne sont pas ceux espérés, a expliqué Vasseur au quotidien transalpin. Le moral de l’équipe est incroyablement bon si nous le comparons à notre classement actuel. Les axes d’amélioration de la voiture ? On part avec un plan en début de saison et après on essaie de l’améliorer. Nous essayons d’accélérer les mises à jour. Peut-être que nous allons parvenir à Imola avec celles prévues à Barcelone. Dans tous les cas, nous aurons des nouveautés à chaque course, et ce à partir des prochaines à Baku et Miami. Nous allons continuer à travailler sur le concept aérodynamique de la voiture, il n’y aura pas de ‘voiture B’.« 

Saison 2023

Ce détail qui ne trompait pas : Cullen savait quand Hamilton était « dans la zone »

HIER À 13:40

Une grande marge de progression sur la SF-23

Pourquoi ce choix ? « Construire une nouvelle voiture une fois la saison commencée, avec les limitations du ‘budget cap’ et des heures de travail dans le vent, c’est quasi impossible, répond-il. De plus, nous pensons qu’il y a une grande marge de progression sur la SF-23, notamment sur l’équilibre et le développement. » Au passage, Vasseur confirme avoir fait appel de la pénalité de Carlos Sainz lors de la dernière course en Australie, et estime que Ferrari a « assez d’arguments » pour « rouvrir ce cas« .

6 malheureux points… Leclerc réalise son pire début de saison avec Ferrari

Concernant le grand va-et-vient des salariés à Maranello, le dirigeant français estime « compter sur les personnes actuellement présentes » mais révèle « en étudier d’autres à engager« . Les problèmes moteur ? « On va réutiliser la power unit numéro 1 (remplacée à Bahreïn, ndlr) lors des prochaines courses« , affirme-t-il. La déclaration pas vraiment amicale de Charles Leclerc à Carlos Sainz après les qualifications à Melbourne ? « La réaction à chaud des pilotes peut être toujours émotive (…) Charles s’est retrouvé derrière Carlos après une communication trop tardive, j’en assume la responsabilité. On a raté aussi des choses d’équipe, l’analyse est plus ample. On aurait pu partir en première ligne. »

Enfin, un mot sur les Red Bull, presque intouchables en ce début de saison. « Leur DRS a un pouvoir magique ? Ils ont une augmentation de vitesse énorme avec quand il est ouvert, plus que toutes les autres voitures, on essaie de comprendre de quelle façon. Une part de l’écart avec la concurrence est notamment en raison de ce dispositif, au-delà du rythme de course. Alors que durant les qualifications, on peut se battre avec eux« , confie Vasseur, estimant que la pénalité infligée pour dépassement du plafond budgétaire à Red Bull était « trop légère« .

Saison 2023

Ces erreurs que Leclerc et Sainz ne doivent plus commettre

HIER À 22:11

Saison 2023

McLaren débarque son directeur technique, Sanchez parmi ses remplaçants

23/03/2023 À 13:48

Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *