Grand Prix de Grande Bretagne - Pole de Verstappen, défi d'Hamilton, podium de Leclerc : le GP en questions
Sport Automobile

Grand Prix de Grande Bretagne – Pole de Verstappen, défi d’Hamilton, podium de Leclerc : le GP en questions


A quelle heure débute la course ?

15h à Silverstone, 16h françaises. Pour 52 tours.

Grand Prix de Grande-Bretagne

Verstappen, Hamilton, Pérez, Sainz… : les gagnants, les perdants ou énervés de la course sprint

IL Y A 14 HEURES

La pole position est-elle est avantage ?

Elle n’est statistiquement pas décisive cette année car à quatre reprises seulement le poleman a fini en vainqueur lors des neuf épreuves déjà disputées (soit 44%), dont trois fois pour Max Verstappen (Le Castellet, Spielberg 1 et 2).

Verstappen, Hamilton, Pérez, Sainz… : les gagnants, les perdants ou énervés de la course sprint

Pour ce qui est des Grands Prix à Silverstone, le taux de réussite est plus défavorable encore (33%) puisque sept pilotes ont gagné en partant à la pointe de la grille depuis 2001.

Quels sont les points fort et faible de Max Verstappen ?

L’équation reste la même entre la RB16B et la W12 : à charge aérodynamique égale, la machine autrichienne génère moins de traînée aérodynamique. Pour limiter l’effet parachute qui la handicape, la Mercedes doit rouler avec moins d’aileron. La Red Bull est donc plus performance et la Mercedes plus rapide dans les lignes droites.

Verstappen sur l’authenticité de sa pole : « Un peu étrange de l’obtenir lors d’une course »Lewis Hamilton a-t-il une chance de surprendre Max Verstappen au départ ?

Rien n’est exclu mais le Britannique a pointé la faiblesse de sa Mercedes au démarrage après son revers de samedi après-midi. « Nous avons perdu de la performance sur les départs », a-t-il dit.

Hamilton pointe le mal de Mercedes : « Nous avons perdu de la performance sur les départs »

Deux autres problèmes vont s’ajouter à cette difficulté ce dimanche : il part cette fois sur la partie sale de la piste et les réservoirs seront trois fois plus chargés en essence. Toute difficulté promet d’être accentuée.

Valtteri Bottas peut-il jouer un rôle pour son leader ?

A priori aucun. Même partir en « tendre » ne lui a procuré aucun avantage samedi.

Vergne : « Russell mérite cent fois plus sa place que Bottas chez Mercedes »

Charles Leclerc, meilleur des autres ?

Probablement. Pour une fois, le Monégasque, quatrième du sprint dans un rythme proche de Valtteri Bottas (Mercedes), ne va pas attaquer une course dans l’inconnue, et ce qu’il a vu samedi l’a rassuré. « Le relais (de 17 tours) en « medium » était assez représentatif, a-t-il dit. Même si le niveau de carburant n’était pas le même que pour la course, ça nous a donné une bonne idée de l’équilibre. »

Quatrième à moins de quatre secondes de la Mercedes de Valtteri Bottas, il a de quoi viser le podium si le Finlandais ne gère pas bien son capital pneumatique.

Pierre Gasly peut-il se refaire ?

C’est improbable et cela reste un mystère. « C’est nul« , a-t-il pesté, 12e du sprint, sur Canal+. « Honnêtement, depuis hier on est à l’arrêt. On ne peut rien faire. Depuis la première séance d’essais libres, on a mal commencé le week-end. On n’a pas pu changer la voiture et maintenant, on galère. Je savais que ça allait être très compliqué mais 17 tours à essayer de rester sur la piste plutôt qu’attaquer… » Alors sur 52 tours…

Vergne : « Aujourd’hui, AlphaTauri c’est l’équipe de Pierre Gasly »

Fernando Alonso va-t-il rester septième ?

La mission promet d’être difficile vu la présence de l’Aston Martin de Sebastian Vettel et la Ferrari de Carlos Sainz (Ferrari) derrière lui. Un ou deux points serait déjà un bon résultat.

L’embellie pour Esteban Ocon ?

Il faut le dire vite, l’A521 est de plus en plus configurée pour Fernando Alonso (direction assistée, suspension, etc) et il n’a pas tiré parti des « tendre » comme son coéquipier. Dixième du sprint à quatre secondes de « Nando » après 17 tours, le natif d’Evreux peut viser le top 10.

Quelles sont les stratégies possibles pour la course ?

La norme à Silverstone est de un arrêt, et c’est encore plus vrai cette année car Pirelli a monté d’un cran ses mélanges en terme de dureté et renforcé son pneu arrière suite aux crevaisons à Bakou, et à celles de l’an dernier sur le circuit anglais (pneu avant pour Bottas et Hamilton).

Le point intéressant à noter est que, du fait de l’introduction de la course sprint, les pilotes ne sont plus tenus de démarrer la course avec les pneus utilisés en Q2 pour faire leurs chronos. Cependant, le « medium » était majoritaire samedi après-midi, et vu les contraintes encore plus fortes au départ, on devrait encore voir les gommes « jaunes » en masse sur les monoplaces.

Pour un départ en « medium », Pirelli prévoit un arrêt entre le 27e et le 34e tour pour passer au « dur ».

Grand Prix de Grande-Bretagne

Russell pénalisé de trois places sur la grille

IL Y A 15 HEURES

Grand Prix de Grande-Bretagne

Verstappen sur l’authenticité de sa pole : « Un peu étrange de l’obtenir lors d’une course »

IL Y A 15 HEURES

Source de l’article

Laisser un commentaire