La voiture électrique coûte-t-elle si cher ?
Véhicules électriques

La voiture électrique coûte-t-elle si cher ?


Le prix facial du véhicule électrique est plus élevé que son équivalent thermique : c’est un fait. Cependant, les aides à l’achat sont nombreuses et réduisent considérablement ces écarts de prix jusqu’à les rendre insignifiants dans certains cas.

Prenons la Peugeot 208 (voiture la plus vendue au premier semestre 2021). Dans sa version GT électrique (e-208), elle vous reviendra avant les aides à 36 300 € contre 25 300 € en Diesel (Blue HDI 100 CV) et 23 800 € pour l’essence (PureTech 100 CV), soit une différence de 11 000 €.

Or, pour l’e-208, vous pouvez tout d’abord déduire le bonus écologique(1) . Il est fixé depuis le 26 juillet 2021 à 6 000 € (dans la limite de 40 % du prix d’achat du véhicule), auquel vous pouvez ajouter 1 000 € si vous résidez dans une des collectivités appliquant les ZFE (zone à faible émission).

Ensuite, vous pouvez obtenir la prime à la conversion(1) . En effet, vous êtes éligible si vous vous délestez d’un véhicule diesel (immatriculé avant le 1er janvier 2011) ou essence (avant 1er janvier 2006). Cette prime s’échelonne de 2 500 €(2) à 5 000 €(3), à laquelle s’ajoute également une prime de 1 000 € si vous résidez dans une ZFE.

Avec les aides de l’Etat, notre Peugeot e-208 passe donc à 29 300 € si vous résidez dans une ZFE et peut descendre à 25 800 € si vous mettez votre diesel de plus de 10 ans au rebus, amenant son prix au même niveau que son équivalent diesel. Elle peut même revenir moins chère si vous habitez dans l’une des régions proposant des aides locales supplémentaires(4).

Si vous êtes un professionnel, même si la base du bonus écologique est moindre (4 000 € pour un véhicule inférieur à 45 000 €, 2 000 € si le prix est compris entre 45 000 € et 60 000 €), il existe de nombreuses aides locales pour les PME-TPE(4). Et les avantages fiscaux ne sont pas en reste : vous pourrez être exempté de la taxe sur les véhicules de société (TVS), du coût de la carte grise, mais aussi récupérer la TVA sur l’électricité liée à la recharge. Concernant la base de calcul du résultat fiscal, le plafond de déductibilité des amortissements est de 30 000 € contre 18 300 € pour un véhicule thermique(5).

 

Au prix d’achat, il faut rajouter un investissement lié aux infrastructures de recharge, sachant qu’un véhicule électrique peut aussi se charger sur une prise classique. Il existe plusieurs types d’installation qui permettent d’accélérer significativement le temps de vos recharges. Vous pouvez choisir d’installer une prise renforcée (3 kW) à 100 €, suffisante pour assurer en toute liberté la majorité des trajets quotidiens, avec le choix de se recharger la nuit. Si vous êtes de nature plus pressé, optez pour une Wallbox (borne de recharge murale), dont la capacité varie de 3,7 kW à 11 kW (triphasé) selon les modèles. L’investissement vous coûtera environ 1 500 €.

Concernant les câbles, la plupart des constructeurs ne fournissent qu’un câble standard afin de vous brancher sur une prise classique. Il faut donc acquérir un câble Type 2-Type 2 pour les charges sur Wallbox ou sur les bornes publiques (environ 300 €).

Une fois ces dépenses réalisées, c’est à l’usage que le véhicule électrique devient sans conteste moins coûteux. C’est sur le budget carburant que vous ferez l’essentiel de vos économies.

Pour une voiture à motorisation équivalente, compter environ 6,10 € pour faire 100 km pour la version diesel (base conso : 4,5L/100), 8,50 € pour l’essence (5,7L/100) et 3,02 € en électrique (16,6 kWh/100), soit des prix inférieurs de 50 % et 64 %(6).

Le groupe EDF, acteur incontournable de la mobilité électrique, vous accompagne dans votre transition écologique. Tout d’abord au domicile. Avec son offre « Vert Electrique Auto », vous disposez d’un contrat adapté aux charges de vos véhicules en bénéficiant d’une électricité verte(7) et des créneaux horaires à un prix avantageux avec les options Heures Creuses et Heures Creuses week-end. De ce fait, avec un tarif de nuit (heures creuses) de 0,1165 €/kWh TTC (option heures creuses), le coût carburant aux 100 km (16,6 kWh) de votre voiture descend à 1,93 € (16,6 x 0,1165), soit 77 % moins cher que l’essence !

Le groupe EDF vous propose aussi des solutions pour installer votre Wallbox grâce à sa marque IZI by EDF. Vous êtes dès lors conseillé par des experts dans vos démarches ; la pose est effectuée par un professionnel certifié, et garantie 10 ans(8). Enfin, vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt de 300 € (9).

Le groupe EDF vous accompagne également sur les routes. Le pass de sa filiale IZIVIA vous offre l’accès à 100 000 bornes de recharge en Europe dont certaines à charge rapide (100 kW et plus). Grâce à l’application, vous pouvez les géolocaliser sur votre itinéraire, et cela vous permet d’obtenir les prix les moins chers du marché et donc de maîtriser votre budget (10). EDF va plus loin en proposant (avec ses partenaires) de nombreuses offres locales telles que les offres Seine-Maritime (SDE 76) et son tarif de 1,92 € l’heure ou illimitée Grand Nancy avec son accès à toutes les bornes de la Métropole avec recharges illimitées pour 150 €/an (10).

En conclusion, si l’on regarde le TCO (coût total de possession) d’un véhicule électrique sur quatre ans (15 000 km/an), rouler en voiture électrique devient plus rentable que de rouler en voiture thermique.

 

(1) www.primealaconversion.gouv.fr (valable jusqu’au 31.12.2021)

(2) Revenu fiscal acheteur > 13 489 €

(3) Revenu fiscal acheteur < 6 300 € ou < 13 489 € et trajet domicile / travail > 30 km ou km annuels > 12.000 km

(4) Liste des régions sur www.avere-France.org

(5) Taux d’émission de CO2 compris entre 50 et 160 g

(6) DGEC (prix T.T.C moyen au 1er semestre 2021)

(7) Electricité verte : Offres EDF « Vert Electrique Auto » : EDF s’engage à injecter sur le réseau une quantité d’électricité d’origine renouvelable équivalente à votre consommation électrique.

(8) www.izi-by-edf.fr

(9) www.impots.gouv.fr (crédit d’impôt valable jusqu’au 31/12/2023)

(10) www.izivia.com

Toutes les infos complémentaires

 

 

Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *