Maxi-fiche fiabilité - Opel Corsa 5 : tranquillité assurée
Actualité auto

Maxi-fiche fiabilité – Opel Corsa 5 : tranquillité assurée


En bref

Cette 5e génération de Corsa, dite « E », est une auto que l’on pourrait qualifier de « transition ». En effet, ne pouvant encore bénéficier des plateformes du groupe PSA, le rachat d’Opel n’étant pas encore acté lors de son développement (il ne sera acté qu’en août 2017), elle reprend la plateforme de sa devancière, d’origine General Motors, l’ancien propriétaire de la marque au blitz.

Mais elle améliore au passage l’intégralité de ses prestations. Le comportement devient plus dynamique, malgré un poids toujours élevé, le confort est correct en version classique, raide (trop) en châssis sport. La caisse est désormais mieux maintenue dans tous les cas. L’insonorisation progresse aussi. Mais le diesel 1.3 CDTi reste très sonore à l’accélération, même si c’est mieux qu’avant.

Dans l’habitacle, la qualité de finition et des matériaux fait un grand bond en avant. La Corsa est enfin bien finie ! Et le dessin est largement modernisé par rapport à la précédente génération. L’ergonomie est plus naturelle, avec moins de boutons dans tous les sens. Mais l’écran multimédia est placé bien trop bas et impose de quitter la route des yeux pour le consulter. Dommage.

Avec des puissances s’échelonnant de 70 ch à 207 ch (version OPC) en essence, le choix est vaste. Un peu moins en diesel avec un seul moteur en deux niveaux de puissance. Côté carrosserie : une 5 portes plus pratique, et une 3 portes jolie mais moins pratique pour accéder aux places arrière et au coffre. Ce dernier est d’un volume très moyen au demeurant (285 litres).

Bon point par contre pour les tarifs en occasion, ils sont assez doux, bien plus que les rivales 208 et Clio, qui plaisent plus. Et la fiabilité est de très bon niveau pour cette génération, qui correspond aux meilleures années Opel…

Caradisiac a aimé

La qualité de finition
L’équipement riche
Le comportement routier
L’habitabilité
Le choix de moteur en essence
Les prix abordables en occasion
La fiabilité globale

Caradisiac n’a pas aimé

La sellerie très dure
Le diesel ancien et agricole
L’écran placé trop bas
Le châssis sport trop raide
L’accessibilité en version 3 portes
Le poids important

Nos versions préférées

V 1.0 ECOTEC TURBO 115 S/S COSMO 5PV 1.3 CDTI 95 ECOFLEX S/S COSMO 5P

Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter

La qualité de finition : en amélioration notable par rapport à la devancière, elle rejoint les meilleures de la catégorie. Coiffe de planche de bord moussée, beaux assemblages la caractérisent.
L’équipement : selon la finition, il peut être riche (pare-brise chauffant, reconnaissance des panneaux, phares bi-xénons, clim’ auto, caméra de recul, Bluetooth, feux de jour à LED, etc.)
Le comportement routier : plus rigoureux qu’auparavant, il est désormais dans le haut du panier de la catégorie. Direction et amortissement sont désormais bien calibrés.
Habitabilité : les passagers sont mieux traités désormais, avec de la place pour les jambes à l’arrière. Moins vrai pour la 3 portes.
Le choix de moteurs en essence : entre le 1.2 70 ch, le 1.4 75, 90 ou turbo 100 ch, le 1.0 turbo 115 ch et le 1.6 turbo OPC 207 ch, le choix est large.
Les prix en occasion : certes l’inflation est passée par là, mais les tarifs sont globalement plus abordables que pour les Polo, 208, Yaris, ou autres Clio.
La fiabilité : pas parfaite, mais les gros problèmes sont rares et ont été résolus pour la plupart d’entre eux. La tranquillité est (presque) garantie.

Ce qui peut faire hésiter

La sellerie : elle est vraiment très dure. C’est bien sur longs parcours mais sa raideur surprend à chaque fois qu’on s’assoit.
Le diesel : issu d’un ancien partenariat General Motors/Fiat, il n’est pas de première jeunesse. Et il est bruyant et vibrant. Mais sobre.
L’écran multimédia : il est situé bien trop bas sur la planche de bord, et impose de quitter la route des yeux pour le consulter. Pas terrible en matière d’ergonomie.
Le châssis sport : il ravira les conducteurs sportifs, mais les autres pesteront contre sa raideur extrême. Ouch, ça secoue ! Mieux vaut l’éviter.
L’accessibilité en 3 portes : l’accès à la banquette de la version 3 portes est malaisée, et l’espace plus restreint.
Le poids important : il ne se ressent pas trop à la conduite, mais il a pour conséquence des consommations au-dessus de la moyenne, surtout pour les blocs essence.

Budget

Achat / Cote :

Ses tarifs n’étaient pas moins élevés en neuf que pour la concurrence. Mais le rapport prix/équipement était excellent, vu la dotation riche de tous les modèles. En occasion, les cotes sont plus basses que pour une 208, une Polo, ou une Yaris. Seule la Ford Fiesta est aussi abordable.

Le premier prix pour une version diesel (très rare en annonce au passage) est de 6 300 € pour un 1.3 CDTi 75 de 130 000 km. En essence, certains modèles 1.4 90 ou turbo 100 ch sont affichés à moins de 5 500 €, mais ils affichent des kilométrages très élevés (plus de 160 000 km). Pour moins de 100 000 km, il faut investir 6 700 € en moyenne pour un 1.4 90 ch, 7 000 € pour un 1.4 Turbo 100 ch et pour un modèle 1.0 Ecotec turbo 115 ch, c’est minimum 9 000 €.

Consommation :

Le poids important de la Corsa, dû à sa plateforme ancienne (au moins 200 kg de plus que les Peugeot 208 ou Renault Clio), n’aide pas à contenir les consommations moyennes, surtout avec les blocs essence. Mais on reste autour de 6,5 litres pour les 1.4 atmo et turbo. Ce qui n’est pas non plus catastrophique.

En diesel, le surpoids ne semble pas gêner la Corsa, qui reste capable de rester sous les 5,5 litres en moyenne, quelle que soit la puissance.

Assurance :

Bonne surprise, la Corsa est l’une des citadines polyvalentes les moins chères à assurer sur le marché. On peut économiser jusqu’à 10 % par rapport à une Clio ou une Fiesta équivalente. Il n’y a en gros que la Dacia Sandero qui est encore moins onéreuse. Cela permet selon notre profil d’économiser plus de 50 € par an. Toujours bon à prendre, même si ça ne changera pas la face du Monde.

Prix des pièces :

Si les différents filtres sont abordables, il n’en est pas de même pour les plus grosses pièces, comme l’embrayage, les amortisseurs, ou le filtre à particules sur le diesel. Et les pièces sont plus chères sur les modèles essence que sur le diesel, bon à savoir.

Entretien :

La Corsa bénéficie de préconisations en matière d’entretien étonnantes. En effet, les révisions sont à planifier tous les 2 ans ou… 60 000 km ! C’est à notre sens beaucoup trop. De toute façon, le kilométrage moyen des Français tourne entre 9 000 et 12 000 km selon que l’on parle d’un modèle essence ou diesel, donc ce sera au bout de deux ans pour presque tout le monde.

Les moteurs sont par ailleurs dotés de chaînes de distribution, donc sans remplacement pendant la durée de vie si tout va bien. Les tarifs de main-d’œuvre sont dans la moyenne chez Opel. Au global, les coûts d’entretien sont maîtrisés.

Fiabilité

Description :

En n’étant qu’une grosse évolution de la précédente génération, la Corsa 5 part avec un énorme avantage : une base connue et éprouvée. Et les modèles Opel de cette époque (Astra, Insignia, Zafira) sont globalement tous de bons élèves, la marque ayant fait d’énormes progrès avant sa reprise par PSA.

De fait, si elle n’est pas 100 % parfaite, la Corsa est tout de même relativement épargnée par les gros soucis. Une bonne chose pour achat en seconde main. Il n’y aura que les points ici relevés à vérifier lors d’un achat.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

Pompe à eau. Sur le 1.4 turbo 100 ch essentiellement, usure prématurée et fuite de la pompe à eau sur de nombreux exemplaires. Pas forcément immobilisant, mais parfaitement anormal, car cela arrive parfois avant 40 000 km. Opel a pris en charge la plupart des pompes.

Autres pannes ou faiblesses :

Bobine. Sur le 1.4, possibles soucis de bobine d’allumage (ratés, difficultés de démarrage, parfois avant 20 000 km). Il faut la remplacer. C’est moins courant que le souci de pompe à eau sur le 1.4 100 ch cependant. Opel a aussi pris en charge la plupart des soucis.
Pédale d’accélérateur. Rares cas de dysfonctionnement du capteur de pédale d’accélérateur.

Aspect extérieur :

Rien à signaler à ce chapitre.

Finition intérieure :

Rien à signaler à ce chapitre.

Dysfonctionnements électroniques/fonctions à bord :

Capteur de température. Quelques cas de capteur de température extérieure défaillant, avec affichage d’une température fantaisiste. Une reprogrammation permet de faire disparaître le problème.
Multimédia. L’écran peut être victime de bugs : écran noir, qui s’éteint, redémarrage intempestif, soucis de connexion en mirror link, ou avec l’application à télécharger pour avoir la navigation baptisée BringGo… Des reprogrammations (parfois multiples) ont amélioré la situation.

Rappel de rectification en concession :

Mars 2020. Les modèles fabriqués entre mai et juin 2019 sont rappelés pour remplacement des enrouleurs de ceintures arrière, qui peuvent devenir lâches, et ne plus retenir correctement les occupants.
Novembre 2018. Rappel d’une série sortie d’usine entre février et mai 2018, pour un souci de système de verrouillage secondaire du capot moteur. Si le principal est mal fermé ou défaillant, le capot pourrait s’ouvrir en roulant.
Avril 2017. Les modèles fabriqués en 2017 et jusqu’en avril retournent au garage. Un possible desserrement du frein à main peut conduire à mettre en mouvement une voiture garée, si aucune vitesse n’a été engagée.
Février 2017. Tous les modèles 2016 sont rappelés pour remplacement du module d’airbag (rideau a priori), qui peut ne pas se déployer à cause d’un mauvais mélange chimique de la cartouche de gaz.
Novembre 2016. Rappel des tout premiers modèles fabriqués, entre octobre 2014 et janvier 2015, pour un souci de boîtier de direction qui peut se fêler. La pièce est contrôlée et remplacée si nécessaire.

Meilleures versions

En Essence : V 1.0 ECOTEC TURBO 115 S/S COSMO 5P

En essence, les blocs atmosphériques 1.2 et 1.4 sont trop justes. Le 1.4 turbo 100 ch est déjà mieux, mais ancien. Le 1.0 turbo 115, par contre, est plus moderne et donne véritablement des ailes à la Corsa. Il se montre aussi assez sobre en conduite tranquille, et discret. Assorti à la finition haute Cosmo bien équipée, c’est le meilleur mariage sur la Corsa. Et c’est aussi le plus fiable. Bien sûr, il coûte plus cher que les autres, mais l’investissement vaut le coup.

Commercialisation : 2016

Puissance fiscale : NC

Puissance réelle : 115 ch

Emission de CO2 : 115 g/km

En Diesel : V 1.3 CDTI 95 ECOFLEX S/S COSMO 5P

En diesel, mieux vaut choisir la version la plus puissante du 1.3 CDTi. Non pas que le 75 ch ne suffise pas, mais il s’accomode mieux du poids élevé de la Corsa. Sobre malgré tout, polyvalent, il pèche par un niveau sonore élevé et des vibrations. Mais pourquoi pas si vous roulez beaucoup. Il est assez rare toutefois sur le marché de la seconde main. La finition Cosmo, haut de gamme, est comme pour le moteur essence celle à privilégier, pour son rapport prix/équipement.

Commercialisation : 2016

Puissance fiscale : NC

Puissance réelle : 95 ch

Emission de CO2 : 85 g/km

Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *